Toulouse : Un homme de 83 ans enlevé dans la rue et forcé à retirer de l’argent


Illustration. (Pixabay)

Un homme de 26 ans a été interpellé par les policiers de la Sûreté départementale de Haute-Garonne pour « vol avec violences, enlèvement, séquestration et extorsion ». Il a été mis en examen au terme de sa garde à vue vendredi, et placé en détention provisoire.


L’enquête a débuté il y a plusieurs mois, le 24 juillet dernier. Ce jour-là, un homme de 83 ans qui se trouvait dans le quartier des Ponts-Jumeaux à Toulouse avait été enlevé par un inconnu, en pleine journée.

L’automobiliste bloque l’octogénaire dans l’habitacle

Le malheureux venait à peine de sortir d’un commerce, lorsqu’il a été abordé par son futur ravisseur. Au moment où l’octogénaire s’est approché de la voiture, le conducteur a ouvert la portière côté passager puis l’a violemment tiré par le bras pour le contraindre à entrer dans l’habitacle. L’agresseur a refermé la portière et il est reparti rapidement, rapporte La Dépêche.

Prise au piège et sous le choc, la victime n’a pas bronché. Le ravisseur s’est arrêté quelques kilomètres plus loin pour fouiller l’octogénaire. Il l’a délesté de sa carte bancaire et des espèces qu’il avait sur lui.

Non content de son butin, il a contraint la victime à l’accompagner à un distributeur automatique de billets et il lui a fait taper son code confidentiel pour retirer 300 euros. Une fois son forfait accompli, il a laissé l’octogénaire sur place et a pris la fuite.


L’agresseur identifié, une seconde victime retrouvée

Les policiers ont débuté les investigations avec de maigres éléments, mais leur insistance a fini par payer. Ils ont pu retrouver le propriétaire de la voiture utilisée, qui n’était pas impliqué dans l’affaire. Toutefois, ils sont finalement parvenus à identifier le suspect et à l’interpeller, en fin de semaine dernière.

Une seconde victime a, elle aussi, été identifiée. Il s’agit d’un homme de 91 ans, qui a subi une agression similaire deux jours après l’octogénaire.

Il nie les faits qui lui sont reprochés

Le mis en cause, Billy, un jeune homme âgé de 26 ans, a nié avoir usé de contrainte sur les victimes, relate le quotidien régional. Placé en détention provisoire, il devait être jugé ce lundi en comparution immédiate.

Mais la grève des avocats en cours a obligé la justice a repousser son procès au mois de février prochain. Déjà connu pour des faits similaires, il restera en détention jusqu’à son jugement.