Troisième nuit de violences urbaines à Creil : tirs de mortiers d’artifice et projectiles sur les policiers


Des violences urbaines ont éclaté dans le quartier des Hauts de Creil, pour la troisième nuit consécutive. (captures écran/DR)

Des violences urbaines ont une nouvelle fois éclaté dans le quartier des Hauts de Creil (Oise), dans la nuit de jeudi à vendredi. Les policiers qui avaient reçu le renfort de CRS, ont encore été visés par des tirs de mortiers d’artifice. Un fonctionnaire a été blessé.

Troisième nuit de violences urbaines à Creil. Deux demies compagnies de CRS avaient été envoyées sur la commune en renfort, suite aux deux précédentes nuits durant les lesquelles de violences incidents s’étaient déroulés. Des renforts annoncés par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter, qui a ajouté que huit policiers supplémentaires seraient affectés à Creil « dès le mois de mai ».

Des équipages de la brigade anticriminalité (BAC) avaient aussi fait le déplacement pour anticiper de nouvelles violences dans le quartier des Hauts de Creil.

Une vingtaine de cocktails Molotov

Peu après 21 heures dans la rue Henri-Dunant, un équipage de CRS a découvert une vingtaine de cocktails Molotov qui étaient dissimulés dans des dépôts d’ordures. Huit étaient prêts à l’emploi indique une source policière. Moins d’une demi-heure plus tard, des individus ont incendié des conteneurs poubelles ainsi que des matelas dans la rue d’Herbeval. Protégés par les policiers, les sapeurs-pompiers sont rapidement intervenus.

Les forces de l’ordre ont ensuite été violemment prises pour cible, vers 22 heures, notamment dans la rue de la Maternité. Une trentaine d’individus les ont attaquées en leur lançant des pierres et des bouteilles en verre, tout en faisant usage de nombreux mortiers d’artifice.

Des grenades lacrymogènes ont notamment été nécessaires pour repousser les agresseurs. Un policier a été légèrement blessé à une épaule et un véhicule de police a été dégradé.

Un homme a été interpellé au cours des affrontements. Il était muni de plusieurs mortiers d’artifice et a été placé en garde à vue. Le calme est revenu vers minuit. L’enquête a été confiée au commissariat de la ville.

Mercredi soir, les policiers avaient interrompu un barbecue géant au pied d’un immeuble, avant d’être pris pour cible. Des violences urbaines avaient alors éclaté au cours de la soirée et d’une partie de la nuit.