Un chirurgien soupçonné d’avoir violé 250 enfants, 184 plaintes déposées


Illustration. (Shutterstock)

Joël Le Scouarnec, chirurgien digestif à la retraite de 68 ans, était déjà poursuivi pour des viols et agressions sexuelles sur une voisine, deux nièces et une patiente.

L’homme a été placé en détention provisoire en mai 2017 dans le cadre du premier volet de cette affaire. Il comparaîtra du 13 au 17 mars devant la cour d’assises de Charente-Maritime.

Ce sont ces faits qui ont permis aux autorités de découvrir une affaire de grande ampleur. « 250 victimes potentielles de faits non prescrits de pédophilie ont été identifiées au cours de l’enquête », a annoncé le procureur de la République de La Rochelle, ce lundi. Il a ajouté avoir été dessaisi du dossier au profit du parquet de Lorient, relate Le Bien Public.

184 plaintes déposées

Alors que le premier volet de l’affaire est clos depuis mars dernier, les enquêteurs ont recueilli 184 plaintes dans le second. Le procureur de la République de La Rochelle a indiqué que 181 plaignants « étaient mineurs au moment des faits ». Sur 159 crimes et/ou délits commis entre avril 1991 et janvier 2014, 100 auraient eu lieu dans le Morbihan et 23 dans le Finistère, a précisé le magistrat.

Des carnets secrets

Durant les investigations, les gendarmes ont saisi deux carnets dont le contenu manuscrit exposait les noms et prénoms de quelque 200 enfants, avec parfois les coordonnées de ces jeunes patients. Des descriptions d’agressions sexuelles y étaient également détaillées. Ils ont aussi retrouvé des images pédopornographiques, des poupées cachées dans le plancher et des perruques lors de la perquisition de son domicile.


De son côté, la défense évoque « des fantasmes » concernant les récits consignés dans les carnets appréhendés. Le chirurgien a exercé à Loches, en Indre-et-Loire, à Vannes, dans le Morbihan, à Quimperlé, dans le Finistère, et enfin à Jonzac.