Un couple de retraités tué en Vendée : le fils mis en examen pour «meurtres et actes de barbarie»


Illustration. (Adobe Stock/Jérôme Aufort)

Un homme âgé de 37 ans a reconnu avoir sauvagement tué ses parents à Notre-Dame-de-Riez (Vendée), une petite commune de 2000 habitants. Il a été mis en examen ce mardi pour meurtres sur ascendants et acte de torture et de barbarie sur ascendants, avant d’être écroué.

C’est la fille des victimes qui a donné l’alerte ce dimanche matin, inquiète de ne plus avoir de nouvelles de ses parents âgés de 70 et 74 ans. Ces derniers devaient recevoir leur petit-fils. C’est finalement une voisine qui s’est rendue sur place pour s’assurer que tout allait bien. Elle est alors tombée nez à nez avec le tueur présumé de 37 ans qui lui a ordonné de quitter les lieux, ajoutant qu’il venait de tuer ses parents raconte Ouest France. Les gendarmes ont été immédiatement alertés.

Les militaires ont mis en place un périmètre de sécurité avant d’interpeller le suspect vers 13 heures, en ayant pris un maximum de précautions, ne sachant pas s’il était armé. Le mis en cause qui est cuisinier dans la région et qui vit à la même adresse que ses parents, dans un mobil-home, ne s’est pas opposé à son interpellation. Il est rapidement passé aux aveux, évoquent un « déchaînement de violences » selon le procureur de la République de la Roche-sur-Yon, Emmanuelle Lepissier.

De « très nombreux coups »

Le trentenaire aurait déclaré qu’une dispute pour un motif futile avait éclaté et qu’il aurait ensuite porté de « très nombreux coups » à ses parents, avec les béquilles que son père utilisait pour se déplacer. Il n’était alors semble-t-il, pas alcoolisé. « L’autopsie déterminera le nombre de coups et les causes exactes du décès, mais nous avons retenu les actes de tortures et de barbarie parce qu’il y a eu beaucoup de coups », a précisé le magistrat.

Des tensions existaient a priori entre le couple et leur fils mais il n’y avait jamais eu de violences physiques jusqu’ici indique France Bleu. Au cours de sa garde à vue, l’auteur présumé de ce double meurtre a dit regretter son acte, tout en gardant une certaine froideur.

« Il n’y avait pas de colère sur son visage, pas de joie »

« Il me l’a dit de vive voix : ‘J’ai massacré mes parents’. Il l’a dit à tout le monde, il n’y avait pas vraiment de doute à avoir », a raconté Viviane, une voisine elle aussi retraitée, à France Bleu. « Il n’y avait pas de colère sur son visage, pas de joie. Rien. On voyait sur son visage qu’il avait fait une connerie, mais pas de pleurs, pas d’énervement. Il était neutre », a expliqué Warren, un autre voisin qui connait bien l’auteur présumé.

Le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire ce mardi soir. Une information judiciaire a été ouverte.