Val-de-Marne : Armés, ils tentent de braquer une boulangerie, la police les prend en chasse


Illustration © Actu17

Le braquage ne s’est pas déroulé comme ils l’espéraient. Les trois malfaiteurs ont décidé de prendre la fuite en voiture, bredouilles, et se sont encastrés dans un grillage.

Il était un peu plus de 2 heures dans la nuit de dimanche à lundi lorsque trois individus ont pénétré dans une boulangerie située avenue de l’insurrection à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Le vissage dissimulé et munis d’une arme de poing ainsi que d’une bombe lacrymogène, les trois braqueurs ont menacé un employé du petit commerce qui était déjà au travail. Ils l’ont forcé à se rendre au domicile du gérant, situé à l’étage. Ce dernier qui dormait, a rapidement compris qu’il se passait quelque chose et n’a pas ouvert la porte. Il a immédiatement alerté la police.

Une Peugeot 508 qui était volée

Voyant que la situation était en train de basculer, les trois agresseurs ont décidé de prendre la fuite et se sont engouffrés dans la Peugeot 508 avec laquelle ils étaient arrivés. Un véhicule signalé volé.

La voiture des fuyards a été repérée par un équipage de motards de la police qui ont annoncé la position des suspects sur les ondes police. Quelques instants plus tard, le malfaiteur au volant qui avait refusé de s’arrêter, a raté sa manœuvre et s’est encastré dans un grillage de la rue Camille Blanc à Vitry-sur-Seine.


L’un des suspects interpellé

Les trois malfaiteurs ont pris la fuite à pied dans des directions différentes alors qu’un équipage de police-secours avait capté le message radio et se trouvait à proximité du lieu de l’accident.

L’un des hommes qui portait une doudoune bleue a été interpellé par les policiers, au niveau de l’avenue du 11 novembre 1918 à Vitry. Le mis en cause qui serait âgé de 35 ans et qui était alcoolisé, a été placé en garde à vue.

Au cours de cette intervention, deux policiers ont été légèrement blessés. Dans le véhicule volé des malfaiteurs, les fonctionnaires ont découvert des menottes en plastique ainsi qu’une bombe lacrymogène.

Le Service départemental de police judiciaire du Val-de-Marne (SDPJ 94) a été chargé des investigations.