Val-de-Marne : Un policier blessé par un tir de mortier à Villiers-sur-Marne alors qu’il pilotait un drone


Un drone de la Police nationale. Illustration. (Actu17)

Un policier a été blessé par un tir de mortier dans la cité des Hautes-Noues à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) ce mercredi après-midi, en pleine opération de sécurisation.

La police avait investi, vers 14 heures ce mercredi, la cité des Hautes-Noues de Villiers-sur-Marne dans le but de repérer des tireurs de mortiers et dans le même temps des personnes qui ne respecteraient pas les mesures de confinement. Les fonctionnaires de la Direction opérationnelle des services techniques et logistiques (DOSTL) faisaient partie du dispositif afin qu’un drone puisse être utilisé.

Les trois policiers de cette direction spécialisée se trouvaient à l’écart dans leur véhicule, afin de pouvoir utiliser leur engin télécommandé et ainsi aider leurs collègues, sans être repérés. Mais soudainement, deux individus sur un scooter sont arrivés à leur hauteur. Le conducteur s’est arrêté et l’un d’entre-eux a tiré un mortier d’artifice dans le véhicule des policiers.

Le pilote du drone a été légèrement blessé à la tempe et au cuir chevelu indique une source policière. Ses deux collègues présentaient quant à eux des acouphènes. Quand aux deux auteurs, ils ont rapidement pris la fuite et n’ont pu être interpellés.

Ils se rendent à l’hôpital pour être examinés

Le véhicule des policiers a également été légèrement endommagé. En outre, le tube qui contenait le mortier a été récupéré et va faire l’objet d’analyses dans le but d’isoler un ADN ou de découvrir une empreinte.


L’opération de police s’est quand même déroulée tandis que les trois policiers agressés se sont rendus à l’hôpital Georges-Pompidou, dans le XVe arrondissement de Paris. Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Chennevières-sur-Marne.

Les policiers déjà attaqués ce lundi au même endroit

Plusieurs équipages de police avaient été la cible de tirs de mortiers et de jets de projectiles ce lundi, par une trentaine d’individus, dans cette même cité. Les fonctionnaires avaient répliqué par des tirs de lanceur de balles de défense (LBD 40) et des moyens lacrymogènes.

D’autres opérations de police visant à interpeller les auteurs de ces actes sont prévues dans le quartier selon cette même source.