Val-d’Oise : Il vendait des moutons dans son jardin pour la fête de l’Aïd, un homme interpellé


Illustration. (elenavolf/shutterstock)

Les policiers ont interpellé ce lundi soir un homme qui était en train de vendre des moutons à son domicile situé à Montigny-lès-Cormeilles (Val-d’Oise), à l’occasion de l’Aïd el-Kébir, en toute illégalité. Les animaux devaient être ensuite sacrifiés dans le cadre de cette fête religieuse. Le mis en cause a été placé en garde à vue.

Les forces de l’ordre ont été contactées vers 17h30. Un habitant avait organisé une vente de moutons dans son jardin et de nombreux acheteurs étaient présents. Au total, il y avait 21 ovins regroupés, en l’attente de leur sacrifice rituel pour la fête de l’Aïd el-Kébir – également appelée Aïd al-Adha – qui devait avoir lieu dans le même temps.

L’homme a été interpellé et placé en garde à vue. Les moutons ont été récupérés pour être confiés à une association. Le commissariat d’Ermont a été chargé de cette enquête.

117 moutons découverts sur un terrain privé

Quelques heures plus tôt sur la commune de Mitry-Mory en Seine-et-Marne, les policiers ont été appelés après la découverte de 117 moutons parqués sur un terrain privé, dans le centre-ville. Les ovins ont été pris en charge par la direction départementale de la protection des populations (DPPP) et remis également à une association. Ces derniers étaient manifestement dans l’attente d’un sacrifice rituel, en dépit de la réglementation. Une enquête a été ouverte pour identifier le propriétaire du terrain.

A Ecquevilly (Yvelines), deux hommes de 24 et 38 ans ont été quant à eux interpellés ce mardi matin pour avoir égorgé trois moutons dans leur pavillon. Une dizaine d’autres ovins se trouvaient dans leur jardin. Le duo a été placé en garde à vue.

Plus de 100 000 moutons sont abattus en France

L’abattage rituel, notamment à l’occasion de l’Aïd el-Kébir, ne peut être réalisé que dans un abattoir agréé et la loi interdit de le faire en dehors, y compris dans le cadre d’abattage «familial» ou «à la ferme». Il s’agit d’un délit puni de six mois d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. En outre, la circulation et le transport des animaux est réglementée. La liste des abattoirs agréés est chaque année publiée par le Journal officiel au moment de l’Aïd el-Kébir. Les ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur ont diffusé un guide pratique qui regroupe l’ensemble des mesures et interdictions.

L’Aïd el-Kebir est la célébration la plus importante du calendrier musulman. Les festivités ont débuté ce mardi et vont durer quatre jours, jusqu’à vendredi. « La fête du sacrifice » est déterminée par les hautes autorités musulmanes et doit se tenir le dixième jour du Dhou al hijja, c’est à dire le dernier mois du calendrier lunaire musulman. En France, plus de 100 000 moutons sont abattus à cette occasion, avec le rituel d’égorgement selon les principes de l’Islam.