Yvelines : L’aide-soignante et sa fille dépouillaient les patientes de la clinique, elles sont incarcérées


Illustration. (PhotoPQR/L'Est Républicain/Maxppp)

Une mère et sa fille, âgées de 56 et 27 ans, ont été condamnées, ce mercredi, pour avoir subtilisé et utilisé frauduleusement les moyens de paiement de personnes vulnérables. Elles dorment en prison.

L’affaire a débuté lorsque des proches de personnes âgées ou malades hospitalisées à la clinique de l’Europe au Port-Marly (Yvelines) se sont plaints de débits sur leur compte bancaire, le mois dernier.

Deux victimes ont découvert des achats, sur des sites Internet ou dans des parfumeries et des supermarchés, qu’elles n’avaient pas effectués. Leur préjudice s’élève à 1 666 euros.

Une aide-soignante et sa fille

Sollicités par les victimes, les enquêteurs du commissariat de Saint-Germain-en-Laye n’ont pas eu de mal à identifier l’origine de ces paiements frauduleux. Leurs soupçons se sont rapidement portés sur une aide-soignante, âgée de 56 ans, et inconnue jusqu’ici de leurs services.

Sa fille, âgée de 27 ans, avait déjà été condamnée à quatre reprises par la justice, notamment pour des escroqueries. L’enquête a démontré que c’est elle qui utilisait les informations des cartes bancaires pour procéder aux achats.


La mère exprime des regrets, la fille assume

Le duo a été interpellé ce mardi par les policiers, à leur domicile de Chanteloup-les-Vignes. Mère et fille ont été placées en garde à vue.

« La mère est désolée et ne comprend pas comment elle a pu se laisser aller à ce genre de vol au prix de perdre toute possibilité de travailler dans les hôpitaux », a confié une source proche du dossier au journal Le Parisien. Sa fille, pour sa part, n’a pas exprimé de regrets.

Les cartes bancaires d’une femme décédée

Une perquisition a été menée au domicile familial, et les enquêteurs ont saisi des cartes bancaires appartenant à une patiente décédée. La quinquagénaire a affirmé les avoir conservées par étourderie. Toutes deux ont comparu devant le tribunal correctionnel, ce mercredi soir, pour répondre de leurs actes.

L’aide-soignante a écopé de 18 mois de prison dont 6 mois sursis. Une peine assortie d’un mandat de dépôt qui l’a conduite directement en prison, tout comme sa fille. Cette dernière a été condamnée à 6 mois de prison ferme, et a vu une précédente peine de 2 mois de prison avec sursis révoquée.