Seine-Maritime : 2 hommes écroués après des jets de cocktails Molotov sur le bureau de police de Petit-Quevilly


Illustration. (Adobe Stock)

Des engins incendiaires ont été lancés sur le bureau de police de Petit-Quevilly (Seine-Maritime), dans la nuit de vendredi à samedi. Un témoin des faits a permis l’interpellation de trois suspects.

Deux cocktails Molotov ont été jetés sur la façade du bureau de police situé au 88 de la rue Jacquard à Petit-Quevilly, près de Rouen, dans la nuit de vendredi à samedi, relate Info Normandie.

Par chance, les engins incendiaires ont noirci les murs, sans faire de gros dégâts. Moins de 24 heures plus tard, trois suspects étaient interpellés, notamment grâce au témoignage d’une personne qui les a vu agir.

Peu après minuit, un témoin a aperçu deux hommes tenant en mains des bouteilles enflammées qu’ils ont projetées sur le bureau de police. Une jeune femme se trouvait près d’eux. Elle filmait la scène avec un smartphone. Aussitôt, le témoin a appelé le « 17 » pour dénoncer les faits qui venaient de se produire sous ses yeux.

La complice interpellée, son smartphone analysé

Rapidement sur place, les fonctionnaires ont constaté que le mur des locaux de police avait été noirci par les flammes et que des débris de verre se trouvaient sur le sol. Les incendiaires avaient pris la fuite, mais les policiers ont interpellé la jeune femme, complice, qui se trouvait non loin de là.


Âgée de 18 ans, elle a été placée en garde à vue et son smartphone a été saisi pour être exploité. Les enquêteurs qui l’ont auditionnée sont parvenus à identifier les deux incendiaires. Tous deux, âgés de 20 et 25 ans, s’étaient réfugiés dans une habitation de la rue Jacquard. Ils sont originaires de Petit-Quevilly et d’une autre commune de l’Eure.

Placés en détention provisoire

Dans la journée de samedi, soit quelques heures à peine après leur méfait, les deux suspects ont été interpellés à leurs domiciles respectifs par la brigade anticriminalité (BAC). Placés en garde à vue, ils ont reconnu avoir lancé les cocktails Molotov, tout en affirmant avoir agi sous l’effet de l’alcool.

La jeune femme a été libérée à l’issue de sa garde à vue. Ce dimanche matin, les deux incendiaires ont été déférés au parquet de Rouen. Leur procès doit se tenir en comparution immédiate ce mardi. En attendant, ils ont été placés en détention provisoire au sein de la maison d’arrêt de Rouen.