Abdelkader Merah, le frère de Mohamed Merah, condamné en appel à 30 ans de réclusion criminelle


Illustration. (Shutterstock)

Abdelkader Merah a été condamné ce jeudi soir à 30 ans de réclusion criminelle pour « association de malfaiteurs » et « complicité d’assassinat » par la Cour d’assises spéciale de Paris, après douze heures de délibéré.

Le frère de Mohamed Merah, le djihadistes de Toulouse et de Montauban qui avait tué trois militaires, trois enfants et un enseignant juifs, en mars 2012, a été condamné à 30 ans de prison ferme, assortis d’une peine de sûreté des deux tiers. La cour d’appel a estimé qu’Abdelkader Merah s’était rendu complice d’assassinats terroristes.

En première instance, il avait été condamné à 20 ans de prison. La cour n’avait alors pas retenu les faits de complicité. « Je voudrais simplement dire que je n’ai rien à voir avec l’action perpétrée par mon frère » a déclaré face aux jurés, qui étaient tous des magistrats, Abdelkader Merah, ce jeudi matin.

Abdelkader Merah a été condamné en appel à 30 ans de réclusion criminelle

L’avocat général Frédéric Bernardo, avait requis la réclusion criminelle à perpétuité contre l’accusé, qu’il a présenté comme un « complice » de son frère.

L’avocat de la défense, Éric Dupond-Moretti, a expliqué durant le procès que son client était un « salafiste radical », un « adepte de la charia », avant de mettre en garde les jurés dans une comparaison avec le groupe EI. « Faut-il alors le juger selon les règles de l’État islamique ? C’est cela dont vous rêvez pour lui, c’est cela dont vous rêvez pour nous ? » a-t-il plaidé.


Fettah Melki, condamné en première instance à 14 ans de réclusion criminelle pour avoir fourni un gilet pare-balles et un pistolet-mitrailleur à Mohamed Merah, en ayant connaissance de sa radicalisation, a quant à lui été condamné à 10 ans de prison.