Adama Traoré : Des incidents éclatent lors de la manifestation contre les violences policières à Paris


De violents incidents se sont déroulés en marge de la manifestation contre les violences policières à Paris. (capture écran vidéo / Clément Lanot)

Des incidents se sont déroulés lors de la manifestation contre les violences policières, porte de Clichy à Paris (XVIIe), à proximité du tribunal, ce mardi soir.

Le collectif « La Vérité Pour Adama » avait appelé à un rassemblement à 19 heures devant le tribunal de Paris ce mardi. Plusieurs milliers de personnes, plus de 15 000 selon une source policière, se sont rassemblées, malgré l’interdiction de la préfecture de police qui avait pris un arrêté pour interdire cette manifestation.

De nombreuses personnes étaient venus avec des pancartes « Black lives matter » (« La vie des Noirs est importante », ndlr) avec l’intention de faire un rapprochement entre le décès d’Adama Traoré après son interpellation en juillet 2016 dans le Val-d’Oise, et celui de Georges Floyd à Minneapolis (États-Unis) ce lundi 25 mai, qui a provoqué une flambée de violences à travers le pays.

« Une juge couvre les gendarmes qui sont impliqués dans la mort de mon petit frère »

« Il est impossible de marcher dans les rues de Paris sans penser désormais à George Floyd et à tous ceux qui sont tombés à cause de la violence des policiers là-bas, comme ici en France », a déclaré Assa Traoré, la sœur d’Adama, lors de sa prise de parole.

« Nous sommes ici parce que la justice est complice des violences des forces de l’ordre. Ici, une juge couvre les gendarmes qui sont impliqués dans la mort de mon petit frère », a-t-elle également déclaré devant une foule qui scandait par moment : « Tout le monde déteste la police » ou « Policiers, assassins ! », ou encore « Révolution ! ».


Plusieurs incendies, les forces de l’ordre prises pour cible

La situation a ensuite dégénéré vers 21 heures. Des groupes d’individus ont allumé plusieurs incendies et ont lancé des projectiles sur les gendarmes et les policiers qui étaient venus sécuriser cette manifestation non autorisée. Ces derniers ont fait usage de moyens lacrymogènes à plusieurs reprises.

D’autres personnes ont bloqué provisoirement le périphérique avant d’être évacuées par la police. En outre, un drapeau américain a été brûlé. De nombreuses images montrant les violences ont été diffusées sur les réseaux sociaux.


Le poste de police municipale de Clichy attaqué

Par ailleurs, le poste de police municipale de Clichy (Hauts-de-Seine) a été pris pour cible par plusieurs individus. Il se situe au 65 rue Martre, à proximité de la porte de Clichy. Une vidéo amateur montre les individus qui tentent de pénétrer à l’intérieur notamment.

La situation était revenue au calme vers 22h40, même si des groupes de manifestants étaient toujours présents dans le secteur de la porte de Clichy.

La préfecture a indiqué qu’une personne avait été blessée et prise en charge par les sapeurs-pompiers. « La manifestation est en cours de dispersion. Quelques dégradations et feux rapidement maîtrisés », a-t-elle indiqué sur Twitter peu avant 23 heures, sans faire état d’interpellations à ce stade.

Une nouvelle contre-expertise pointe la responsabilité des gendarmes

Les résultats d’une nouvelle contre-expertise médicale réalisée à la demande de la famille d’Adama Traoré, ont été révélés ce mardi et mettent en cause les gendarmes qui ont interpellé le jeune homme de 24 ans, en 2016. « Le décès fait suite à un syndrome asphyxique, qui fait suite à un œdème cardiogénique », précise le médecin spécialiste des maladies systémiques.

Dans la précédente expertise judiciaire médicale réalisée à la demande de la justice, dont les résultats ont été révélés ce vendredi, les médecins écartent quant à eux la responsabilité des trois militaires.