Agde : Il menace de tuer son ex-compagne et tire sur les policiers à leur arrivée


Illustration. (PhotoPQR/Maxppp)

Les policiers sont intervenus à Agde (Hérault) dans la nuit de jeudi à vendredi pour un homme qui menaçait de mort son ex-compagne. A leur arrivée, le suspect a ouvert le feu à plusieurs reprises. Il a finalement été interpellé par les hommes du RAID.

Le drame n’est pas passé loin la nuit dernière à Agde. Le commissariat d’Agde a été alerté vers 1 heure du matin : un homme se trouvait devant le domicile de son ex-compagne dans le quartier de la Tamarissière, et menaçait de la tuer indique France Bleu. Un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) s’est rendu sur place.

Lorsque les policiers sont arrivés, l’homme a pris la fuite et s’est réfugié dans sa maison se trouvant à une centaine de mètres de là, puis a menacé les forces de l’ordre. « Première sommation, je vais tous vous crever ! », a-t-il lancé selon le syndicat Unité SGP Police FO. Le forcené aurait alors tiré un premier coup de feu, puis deux autres.

Des armes à feu, des armes blanches et des cocktails Molotov

Face à cette situation, la BAC s’est repliée et a demandé du renfort. Leurs collègues de l’antenne du RAID de Montpellier ont été sollicités et sont arrivés rapidement sur place pour neutraliser cet individu.

Ce dernier a finalement été interpellé après plusieurs heures de négociations, avant d’être placé en garde à vue. Il était armé « d’une carabine de calibre 22 long rifle, un fusil de chasse et plusieurs armes blanches » détaille le syndicat Alliance Police Nationale, qui ajoute que « des cocktails Molotov ont été retrouvés dans son jardin ». L’organisation fait également part de ses inquiétudes quant au fait que cet homme « connu pour des troubles psychologiques, détienne plusieurs armes à la maison ».

« Nous avons évité un drame cette nuit. Il n’y a pas eu de victimes alors que l’individu
face auquel les policiers sont intervenus, était déterminé à aller jusqu’au bout de ces
intentions », réagit Fabrice Aebi, du syndicat Unité SGP. L’organisation réclame « des sanctions pénales fortes » contre le mis en cause. Aucun blessé n’est à déplorer à la suite de cette périlleuse intervention.