Agen : Une centaine d’individus de deux bandes rivales s’affrontent dans la rue, 2 policiers blessés


Illustration. (image Clément Lanot)

Une rixe entre bandes rivales a opposé une centaine de personnes dans la nuit de samedi à dimanche à Agen (Lot-et-Garonne). Deux policiers ont été blessés.

Plusieurs appels de riverains ont mis en alerte les policiers d’Agen, en les informant que des bagarres avaient lieu sur le cours Gambetta, à hauteur du parking du Gravier, dans la nuit de samedi à dimanche.

Vers 3 heures du matin, une dizaine de fonctionnaires se sont rendus sur place et ont fait face à une centaine de personnes qui s’affrontaient, relate France 3.

Les policiers ont été pris pour cible par des jets de projectiles de la part de certains des belligérants. En raison de leur faible nombre face à la centaine d’individus, ils ne sont pas parvenus à faire cesser le trouble à l’ordre public.

Deux interpellations effectuées

Les fonctionnaires ont néanmoins pu interpeller un jeune homme de 21 ans pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ». Il a été placé en garde à vue. Les policiers se sont retirés et ont fait appel à des renforts.


Vers 4 heures du matin, ils sont retournés sur place à 16 fonctionnaires, dont ceux de la brigade anti-criminalité (BAC), des brigades de police-secours (PS) de jour et de nuit, ainsi que de la police municipale. Les jeunes des cités agenaises qui s’affrontaient n’étaient plus qu’une cinquantaine et les ont de nouveau pris pour cible en leur jetant des projectiles.

10 jours d’ITT pour un policier

Les heurts ont été violents et les forces de l’ordre déplorent deux blessés dans leurs rangs. L’un a été blessé à une jambe et s’est vu délivrer 10 jours d’Incapacité totale de travail (ITT), relate Le Républicain, l’autre a été touché à une main. Un de leurs véhicules d’intervention a également été dégradé, un rétroviseur a été brisé.

Les policiers ont procédé à l’interpellation d’un autre jeune homme de 23 ans, placé en garde à vue pour « outrage, rébellion, violences volontaires à personne dépositaire de l’autorité publique et dégradation de bien public », en l’espèce le véhicule de police.

Ce dernier doit faire l’objet d’une comparution immédiate, ce lundi. Le premier suspect placé en garde à vue a été libéré ce dimanche matin vers 10 heures. Les raisons de cet affrontement entre bandes rivales sont ignorées quant à présent. Depuis plusieurs mois, chaque week-end, ce secteur de la ville est le théâtre de fêtes qui dégénèrent, évoque La Dépêche.