Agressions et viol à Riorges : le suspect était déjà poursuivi pour une tentative d’homicide sur des policiers


Illustration. (Adobe Stock)

Un homme âgé de 18 ans a été interpellé à Riorges, près de Roanne (Loire) avant d’être placé en garde à vue. Il est accusé d’avoir agressé huit femmes en l’espace de quelques semaines sur cette même commune. L’une des victimes a été violée.

« Le suspect a pu être identifié en un temps record », s’est félicité le procureur de la République de Roanne, Abdelkrim Grini, lors d’une conférence de presse ce mercredi. Cet homme âgé de 18 ans est accusé d’avoir commis une série d’agressions envers des femmes depuis le 23 novembre dernier, pour leur extorquer de l’argent et les dépouiller, dans le centre-ville de Riorges. Huit plaintes pour des agressions avec le même mode opératoire ont été enregistrées au total.

A chaque fois, l’agresseur agissait encagoulé et ganté, une fois la nuit tombée ou au petit matin. Il s’introduisait subitement dans le véhicule de ses victimes et leur demandait de ne pas le regarder, les menaçant avec un couteau. Ces dernières étaient forcées à conduire jusqu’à un distributeur de billets et à retirer de l’argent de force.

Lors de la quatrième agression le 2 décembre vers 22 heures, l’auteur s’en est pris à une femme de 32 ans qui venait de stationner son véhicule et rentrait à son domicile. La victime s’est mise à hurler et son mari est intervenu, mettant en fuite l’agresseur. La plaque d’immatriculation de la voiture du fuyard a pu être relevée. Il s’agissait d’un véhicule volé quelques jours plus tôt à Riorges. Alertés, les policiers ont réussi à le localiser peu après mais le suspect a pris la fuite, avant d’abandonner son véhicule et de disparaître.

Une femme de 27 ans violée dans un parking souterrain

Le 16 décembre dernier vers 21 heures, une femme de 27 ans a été agressée avec le même mode opératoire avant d’être violée. Après avoir forcé la victime à retirer 200 euros, il l’a obligée à conduire jusque dans un parking souterrain pour pouvoir l’agresser sexuellement, à l’abri des regards. L’auteur s’est ensuite fait déposer dans Riorges.

Les enquêteurs sont parvenus à confondre le suspect notamment grâce aux traces de sperme prélevées après ce viol. Son ADN a été isolé et était donc déjà présent dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). Il a été interpellé à 17h15 ce mardi au domicile de sa mère à Riorges, par les policiers de la sûreté urbaine de Roanne et leurs collègues de l’antenne de police judiciaire de Saint-Étienne. L’homme a été placé en garde à vue.

Dans ce dossier, la dernière plainte est celle d’une femme agressée ce lundi vers 7 heures du matin, alors qu’elle se rendait au travail. Repéré par les policiers alors qu’il forçait la conductrice à se rendre à La Poste pour retirer de l’argent, l’agresseur a demandé à cette dernière d’accélérer afin qu’il puisse échapper aux forces de l’ordre. La victime a eu un accident et l’homme a pris la fuite en courant, sans pouvoir être rattrapé.

Face à « la gravité des faits, la récurrence et le sentiment de toute puissance », le procureur pensait avoir affaire « à quelqu’un qui est connu des services de police et de la justice, ce qui est le cas, mais surtout à quelqu’un de chevronné et de bien ancré dans la délinquance, et donc d’un certain âge ».

Il fonce sur les policiers à deux reprises avec deux véhicules volés

Le mis en cause âgé de 18 ans est originaire de la région parisienne et vivait chez l’un de ses parents à Riorges depuis quelques mois. Il était sous contrôle judiciaire au moment de cette série d’agressions, suite à des faits commis le 1er décembre 2019. Ce soir-là, il était avec deux complices au volant d’un véhicule volé et avait foncé sur des policiers qui avaient ouvert le feu.

Tout avait débuté lorsqu’une patrouille de police avait repéré cette voiture stationnée sur le parking de la boite de nuit le « Pacha Club », à Louveciennes (Yvelines) vers 20 heures. Les policiers de la BAC avaient décidé de la surveiller visuellement afin de pouvoir interpeller son, ou ses utilisateurs. Trois hommes étaient peu après venus récupérer l’automobile. Alors qu’ils s’approchaient pour les arrêter, le suspect – à l’époque âgé de 17 ans – avait accéléré, fonçant sur les fonctionnaires qui avaient tiré. Le chauffard avait quand même poursuivi son chemin.

Les trois complices avaient ensuite abandonné la voiture, avant de commettre un car-jacking. Ils avaient violemment forcé une femme au volant d’une Audi Q5 à sortir de son véhicule, pour lui dérober. Le mis en cause avait foncé sur les policiers une seconde fois, qui avaient ouvert le feu de nouveau. Il avait terminé sa course dans une haie un peu plus loin et les trois hommes avaient été interpellés. Le chauffard était blessé par balle au niveau des cuisses, sans que ses jours ne soient en danger.

Dans cette enquête ouverte pour tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique, le suspect avait dans un premier temps été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Rouen (Seine-Maritime), avant d’être remis en liberté sous contrôle judiciaire en septembre dernier, avec une interdiction de paraître dans les Yvelines. Le jeune homme est également connu pour d’autres faits de violences alors qu’il était mineur. Il pourrait être déféré ce jeudi soir en vue de sa mise en examen suite à ces multiples agressions et ce viol.