Yvelines : Les policiers ouvrent le feu sur des fuyards qui leur foncent dessus avec une voiture volée


Illustration © Actu17

Trois individus de 17, 18 et 21 ans n’ont pas hésité à foncer volontairement sur les policiers pour leur échapper. Ils ont ensuite commis un car-jacking pour poursuivre leur fuite. Les forces de l’ordre ont fait feu à deux reprises.

Les policiers de Trappes ont repéré une voiture volée stationnée sur le parking de la boite de nuit le « Pacha Club », située à Louveciennes (Yvelines) vers 20 heures ce dimanche soir. Ces derniers ont décidé de mettre en place une surveillance pour coincer les utilisateurs de cette Renault Kadjar explique 78actu. Le véhicule avait été signalé volé le 20 janvier dernier à L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne).

Plus tard dans la soirée, trois individus sont venus récupérer la voiture et ont démarré. Les policiers se sont alors approchés pour procéder à leur interpellation. A la vue des fonctionnaires, le conducteur a accéléré, leur fonçant dessus.

Les forces de l’ordre ont alors ouvert le feu mais le chauffard a poursuivi sa course. L’alerte a été donnée.

Il s’en prennent au conducteur d’une Audi Q5 et lui volent sa voiture

Se sachant recherchés, les trois fuyards ont décidé d’abandonner cette voiture et d’en prendre une autre. Ils ont repéré une Audi Q5 en circulation et s’en sont violemment pris à son conducteur, qu’ils ont éjecté de son véhicule. Ils ont ensuite redémarré brutalement, percutant une Opel Corsa en stationnement.


Les policiers ont de nouveau tenté de les arrêter mais le chauffard leur a foncé une nouvelle dessus, provoquant les tirs des fonctionnaires. Un peu plus loin, la voiture du trio a terminé sa course dans une haie. Les trois individus âgés de 17, 18 et 21 ans ont été interpellés et placés en garde à vue. Une enquête a été ouverte.

L’IGPN saisie

Selon un témoin interrogé par le média local, un homme a été blessé par balle. Il s’agirait du suspect qui était au volant du Q5 et qui a été touché aux jambes. Ses jours ne sont toutefois pas en danger.

Le parquet a ouvert une seconde enquête qu’il a confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), afin de déterminer si les policiers ont bien agi en conformité avec la loi.