Alpes-Maritimes : Une femme de 75 ans affirme avoir été frappée pour avoir pris un snack en photo durant le couvre-feu


Illustration Actu17 ©

Une retraitée de 75 ans affirme avoir été violemment frappée par le gérant d’un snack à Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Maritimes), alors qu’elle venait de prendre son commerce en photo. Elle a déposé plainte mais l’affaire a été classée sans suite.


Liliane, 75 ans, a un œil au beurre noir suite aux coups qu’elle affirme avoir reçus vendredi soir vers 19h15, durant le couvre-feu. Cette policière à la retraite venait de descendre de chez elle pour ramasser une serviette qui était tombée de son balcon raconte Nice-Matin.

Elle était alors en peignoir et a constaté que le snack situé au rez-de-chaussée était ouvert, puisqu’il propose de la vente à emporter. La septuagénaire raconte avoir pris le commerce en photo avec son téléphone. La situation a ensuite dégénéré. Le gérant est sorti et s’en est violemment pris à elle selon son récit.

Insultée et bousculée

Liliane affirme avoir été insultée et bousculée, tandis que son agresseur lui arrachait son téléphone des mains. La victime a chuté au sol puis s’est relevée, tentant de mettre un coup de pied à cet homme explique-t-elle à nos confrères. Elle assure avoir reçu des coups. La femme du gérant aurait tenté de le calmer, en vain.

La septuagénaire a été prise en charge par les sapeurs-pompiers et transportée à la clinique Arnault Tzanck à Mougins. Cette dernière a déposé plainte ce samedi matin au commissariat de Cagnes-sur-Mer.

Le gérant affirme qu’il s’est défendu

L’affaire a finalement été classée sans suite par le parquet de Grasse indique le quotidien régional. Le gérant n’a pas nié le fait qu’il y avait eu une bousculade, mais a expliqué que la septuagénaire « s’était cognée » précise le commissaire Anis Ouejahni, interrogé par Nice-Matin. Le commerçant a ajouté qu’il avait reçu un coup de pied dans l’entrejambe et qu’il s’était défendu. Une version confirmée par des témoins mentionne le policier.