Amazon contraint par la justice de ne livrer que les produits alimentaires, médicaux et d’hygiène


Illustration. (Adobe Stock)

Le tribunal judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine) a obligé le géant américain Amazon à restreindre drastiquement son activité durant la pandémie de coronavirus.

Le géant américain Amazon va devoir limiter son activité en France. Le tribunal judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine), dont dépend le siège français d’Amazon situé à Clichy-la-Garenne, a en effet ordonné ce mardi, dans les 24 heures, de « restreindre l’activité de ses entrepôts aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d’expédition des commandes de produits alimentaires, de produits d’hygiène et de produits médicaux, sous astreinte, d’un million d’euros par jour de retard et par infraction constatée », détaille Le Parisien.

Une décision qui s’applique pendant « une durée maximum d’un mois », et qui pourra être allongée le cas échéant, dans l’attente de « l’évaluation des risques professionnels inhérents à l’épidémie de Covid-19 sur l’ensemble de ses entrepôts ainsi qu’à la mise en œuvre des mesures prévues à l’article L 4121-1 du Code du travail ».

La justice avait été saisie par un syndicat

Le tribunal de Nanterre avait été saisi en référé mercredi dernier par le syndicat Sud Solidaires. L’organisation réclamait principalement la fermeture des six entrepôt français du géant américain. En cas de refus, le syndicat souhaitait qu’Amazon Logistique France soit au moins contraint de réduire son activité aux 10 % de marchandises « essentielles », dans le but de réduire considérablement le nombre de salariés présents sur les différentes sites. Une demande que la justice a donc retenue ce mardi.

Sud Solidaires reprochait à Amazon dans un communiqué, de ne pas protéger ses salariés contre le coronavirus et de poursuivre son activité « comme si de rien n’était, en dépit de la mobilisation du personnel, des mises en demeure des syndicats, de l’inspection et de la médecine du travail, mais aussi des critiques des ministres de l’économie et du travail ».


175 000 recrutements aux États-Unis

Dans le même temps, le groupe américain a annoncé qu’il allait recruter 75 000 personnes aux États-Unis, des 100 000 nouvelles recrues du mois dernier. « Nous continuons à voir la demande augmenter (…) et nous allons créer 75 000 emplois supplémentaires pour aider à servir nos clients pendant cette période sans précédent », indique Amazon dans un communiqué publié ce lundi.