Assistants parlementaires : La justice européenne confirme que Marine Le Pen devra bien rembourser 300 000 euros


(photo Global Panorama / Flickr)

La justice européenne qui reproche à Marine Le Pen l’emploi douteux d’une assistante quand elle était eurodéputée, a rejeté un pourvoi de la présidente du Rassemblement national (RN) ce jeudi.

Marine Le Pen devra bien rembourser près de 300 000 euros dans le cadre de l’affaire sur les soupçons d’emplois fictifs d’assistants parlementaires. La Cour de justice de l’Union européenne a rejeté son pourvoi contre une décision datant de juin 2018. Il s’agissait de l’ultime recours de la présidente du RN.

Dans cette affaire où le Front national est soupçonné d’avoir mis en place un système de rémunération de ses employés avec des fonds publics de l’Union européenne, Marine Le Pen avait été entendue le 17 avril dernier.

19 personnes mises en examen

La présidente du RN avait ensuite été mise en examen pour « détournement de fonds publics » en octobre 2018. Au total, 19 personnes ont été mises en examen dans cette affaire, notamment Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen. En outre, le parti a également été mis en examen dans le cadre de cette information judiciaire.