Attaque à la mosquée de Bayonne : l’expertise psychiatrique conclut à «l’altération partielle du discernement» du suspect


La mosquée de Bayonne. (capture écran Google view)

L’expertise psychiatrique de l’auteur présumé de l’attaque de la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantique), Claude Sinké, a conclu à « une altération partielle de son discernement et/ou du contrôle de ses actes de l’octogénaire », indique le procureur de Bayonne dans un communiqué ce mercredi.

« Compte tenu des éléments de l’enquête, le parquet national antiterroriste n’entend pas se saisir du dossier », précise le procureur. Claude Sinké est toujours en garde à vue, il est toujours auditionné par les policiers et devrait être déféré devant un magistrat instructeur ce mercredi.

Lors de ses précédentes audition, le mis en cause a affirmé qu’il voulait « venger la destruction de la cathédrale de Notre-Dame de Paris », avait précisé le procureur de la République ce mardi. L’octogénaire était persuadé que des membres de la communauté musulmane étaient à l’origine de l’incendie de la cathédrale.

Une information judiciaire doit être ouverte des chefs de tentatives d’assassinat, dégradation et destruction aggravées, et violence avec usage d’une arme, avec réquisitions de placement en détention provisoire.

Deux personnes de 74 et 78 ans ont été gravement blessées par les tirs de l’agresseur devant la mosquée au moment de l’attaque, ce lundi.