Attaque au couteau à Rambouillet : une fonctionnaire de police égorgée, l’assaillant abattu


Une policière a été tuée ce vendredi au commissariat de police. Un dispositif de sécurité a été mis en place. (photo Remy Buisine)

Un homme armé d’un couteau a attaqué une fonctionnaire de police administrative qui a été égorgée, à l’entrée du commissariat de Rambouillet (Yvelines) ce vendredi vers 14h20. Elle est décédée des suites de ses blessures. Le terroriste a été neutralisé par balles, il est également décédé. Trois personnes sont en garde à vue.

Fin de notre direct. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez ci-dessous le déroulement des faits et l’ensemble des informations au sujet de cet attentat.

23h15. Trois suspects de l’entourage du terroriste, Jamel Gorchane, sont actuellement en garde à vue. La personne qui a accueilli le terroriste à son arrivée en France. Cette dernière habite à Thiais (Val-de-Marne) et son logement a été perquisitionné ce vendredi après-midi. Un second suspect qui à lui aussi hébergé le tueur, plus récemment. Le père du tueur, qui vit à Rambouillet, est la troisième personne.

La victime, Stéphanie M., était âgée de 49 ans. Elle était mère de deux filles âgées de 13 et 18 ans. Secrétaire administrative, elle travaillait au commissariat de Rambouillet depuis 2003.

21h11. Jamel G., l’assaillant, était âgé de 36 ans. Ce ressortissant tunisien, originaire de la région de Sousse, était arrivé en France en 2009, en situation irrégulière, comme nous l’écrivions à 16 heures. Il avait obtenu une autorisation exceptionnelle de séjour salarié, en 2019. Depuis 2015, il habitait dans une maison excentrée du centre de Rambouillet et avait habité précédemment dans le Val-de-Marne, à Thiais. L’assaillant était un musulman pratiquant.

Selon les premiers éléments, il était inconnu des services de police et de renseignements. Les investigations menées par la DGSI, la DCPJ et la SDAT devront le confirmer, mais également déterminer quel était son profil.

Sur Facebook, plusieurs publications (ses posts ont été diffusés en « public » et sont donc visibles par n’importe quel utilisateur, ndlr) consacrées à dénoncer l’islamophobie sont visibles. A partir d’avril 2020, l’homme publiait uniquement des versets coraniques et des prières. Huit jours après l’attentat qui a coûté la vie à Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine, Jamel G. avait rejoint une campagne intitulée « Respectez Mohamed prophète de Dieu ».

21h02. Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a adressé « ses pensées émues à la famille, aux proches et aux collègues de la fonctionnaire de police lâchement assassinée dans l’exercice de ses fonctions » vendredi soir sur Twitter. « Le procureur antiterroriste et les magistrats de son parquet sont mobilisés pour faire toute la lumière sur ce crime odieux », ajoute-t-il.

20h15. Trois suspects dans l’entourage de l’assaillant, Jamel G., ont été interpellés et placés en garde à vue. Une perquisition est en cours dans le Val-de-Marne, à Thiais, dans une maison où le tueur avait été hébergé.

19h01. « La police nationale est en deuil. Notre collègue Stéphanie M. a été lâchement assassinée dans les locaux du commissariat de Rambouillet », écrit la police nationale sur Twitter. « Nous partageons la douleur immense de sa famille et de ses collègues ».

18h55. Sur le téléphone du tueur, les policiers ont découvert une vidéo YouTube faisant référence au djihad, qu’il a consultée avant de passer à l’acte, selon BFMTV.

18h18. Le ministère de l’Intérieur a demandé aux préfets de renforcer la sécurité aux abords des commissariats et des casernes de gendarmerie. La consigne a été diffusée ce vendredi après-midi dans un télégramme venant du cabinet du ministre, Gérald Darmanin.

18h05. « Elle était policière. Stéphanie a été tuée dans son commissariat de Rambouillet, sur les terres déjà meurtries des Yvelines », réagit le président de la République Emmanuel Macron. « La Nation est aux côtés de sa famille, de ses collègues et des forces de l’ordre. Du combat engagé contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien. »

17h54. L’assaillant a bien hurlé « Allah Akbar » lors de l’attaque confirment plusieurs sources proches de l’enquête.

17h31. Le procureur antiterroriste, Jean-François Ricard, s’est exprimé lors d’une courte prise de parole, à proximité du commissariat où s’est déroulée l’attaque sanglante. Le magistrat a précisé que « des repérages » avaient été effectués par l’assaillant. D’autres éléments et notamment « les propos tenus au moment des faits » par l’auteur, ont amené le PNAT a se saisir du dossier a-t-il ajouté. Un délégué du syndicat Unité SGP Police FO a précisé que l’assaillant avait hurlé « Allah Akbar » avant d’être abattu.

La Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la Sous-direction anti-terroriste (SDAT) ont été chargés des investigations. Une enquête pour « assassinat contre personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste » a été ouverte.

17h24. Des perquisitions sont en cours à Rambouillet. Il pourrait s’agir du domicile de l’assaillant.

17h19. « La piste terroriste est sérieusement envisagée », souligne Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, au cours d’une prise de parole à proximité du lieu des faits.

17h14. La victime était une mère de deux enfants indique Le Parisien.

17h00. Le parquet national antiterroriste (PNAT) se saisit du dossier.

16h39. Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sont sur place. « La République vient de perdre l’une de ses héroïnes du quotidien, dans un geste barbare et d’une infinie lâcheté », réagit le chef du gouvernement sur Twitter. « À ses proches, je veux faire part du soutien de la Nation tout entière. À nos forces de sécurité, je veux dire que je partage leur émotion et leur indignation. »

16h31. Selon les premiers éléments, l’assaillant était inconnu des services de police. Il aurait récemment déménagé à Rambouillet après avoir vécu dans le Val-de-Marne.

16h05. L’assaillant était un ressortissant tunisien qui serait arrivé sur le territoire français en 2009, en situation irrégulière. Âgé de 36 ans, il aurait été régularisé en 2019. La victime rentrait dans le commissariat lorsqu’elle a été attaquée et égorgée, dans le sas.

15h40. Le Premier ministre Jean Castex se rend sur place, avec le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

15h22. L’assaillant a hurlé « Allah Akbar », précise François Bersani, délégué du syndicat Unité SGP Police FO. L’homme était un ressortissant tunisien.

15h18. La victime de 49 ans est décédée. Elle était entrée dans la police en 1993. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se rend sur place.

14h45. Les faits se sont produits en début d’après-midi vers 14h20, au commissariat de Rambouillet. Selon nos informations, une fonctionnaire de police a été poignardée par un individu dans le sas. Ce dernier a ensuite été neutralisé par deux tirs des policiers.

La fonctionnaire est grièvement blessée à la gorge, elle a été prise en charge par les secours alors qu’elle était en arrêt cardio-respiratoire.

L’assaillant est décédé, toujours selon nos informations.