Attaque au couteau en Allemagne : des documents de l’État islamique auraient été découverts chez l’assaillant


L'assaillant a tué trois femmes et blessé cinq autres personnes avant d'être neutralisé par balle. (DR)

Un homme s’est emparé d’un couteau dans un magasin de Würzburg en Bavière (Allemagne), ce vendredi soir, avant de poignarder à mort trois femmes et de blesser cinq autres personnes. Il a finalement été neutralisé par balle par les policiers.

L’intervention de nombreux passants puis des policiers a été nécessaire pour neutraliser cet assaillant très déterminé. Ce ressortissant Somalien de 24 ans, en situation régulière en Allemagne et qui vit à Würzburg depuis 2015, a été blessé par un tir de la police à une jambe, avant d’être maîtrisé. Il est désormais poursuivi pour un triple meurtre et pour six tentatives de meurtre. Les enquêteurs cherchent à déterminer les motivations de cet homme, qui faisait l’objet d’un traitement psychiatrique.

Une perquisition a été menée au refuge pour sans-abri où vivait le tueur – qui se nommerait Abdirahman J. – et les enquêteurs ont découvert des documents de propagande du groupe terroriste État islamique (EI) dans une poubelle qui lui appartenait selon Bild. Après son interpellation, l’homme a également lâché qu’il avait réussi son « djihad » en commettant cette attaque ajoute le quotidien allemand. Une information également donnée par le Spiegel. Cette précision viendrait d’un document interne de la police.

Trois femmes tuées

L’attaque a débuté dans le magasin Woolworth vers 17 heures ce vendredi. L’assaillant a d’abord questionné une vendeuse sur les couteaux à vendre dans le rayon concerné, puis en a saisi un et a poignardé cette dernière à mort. Deux autres femmes ont été tuées à la sortie de l’établissement. Les victimes étaient âgées de 82, 49 et 25 ans détaille le Spiegel.

Dans le magasin, le tueur a hurlé « Allah Akbar » selon un témoin, a déclaré le ministre de l’Intérieur bavarois, Joachim Herrmann, ce vendredi soir. L’agresseur a ensuite attaqué plusieurs autres passants dans les rues de la ville, blessant cinq personnes. Une sixième victimes n’a pas été blessée. Deux personnes seraient toujours dans un état grave ce samedi. Par ailleurs, le tueur aurait choisi au hasard ses victimes, ciblant principalement des femmes et les poignardant dans la région du cou et à la gorge pour provoquer des blessures mortelles décrit Bild.

« Les médecins ont évidemment estimé qu’il n’y avait aucun danger aigu pour lui-même ou pour les autres »

La police était intervenue en janvier dernier dans le foyer où vivait le mis en cause car ce dernier s’était montré menaçant avec un couteau. Il n’y avait eu aucun blessé ce jour-là mais le suspect avait alors fait l’objet d’une admission en psychiatrie. Plus tard, il aurait été interné d’office et remis en liberté peu avant l’attaque selon Bild. « Les médecins ont évidemment estimé qu’il n’y avait aucun danger aigu pour lui-même ou pour les autres », a réagi l’avocat de l’assaillant, Me Hanjo Schrepfer, auprès de nos confrères, précisant que son client ne s’était pas encore exprimé concernant les faits.

Elle a été poignardée « environ treize fois »

L’une des victimes blessées est une femme de 73 ans. Son fils Thomas, 56 ans, sous le choc, s’est exprimé au quotidien allemand. Il affirme que l’assaillant a attaqué sa mère alors qu’elle venait de retirer de l’argent. Elle a été poignardée « environ treize fois » dans le dos, manquant son artère pulmonaire « de quelques millimètres ». Ce qui lui aurait très probablement coûté la vie.

« Elle remercie tout particulièrement les concitoyens inconnus qui lui ont apporté une aide immédiate », témoigne Thomas. L’une des personnes venue à son secours « l’a réconfortée en lui disant qu’elle n’était pas seule et que les secours arriveraient bientôt. Cela l’a profondément touchée et elle est très reconnaissante envers ces personnes ». Des vidéos amateurs montrant de nombreux passants qui encerclent l’assaillant pieds nus, qui tentent de l’arrêter, ont été publiées sur les réseaux sociaux. On aperçoit la police qui arrive au même moment.

L’enquête a été confiée pour l’heure à l’Office de la police criminelle de la Bavière. En 2016, dans cette même commune de Würzburg, un demandeur d’asile afghan avait utilisé une hache pour attaquer les passagers d’un train. Cinq personnes avaient été blessées. L’attaque avait été revendiquée par l’État islamique.