Attaque contre des policiers à Colombes : l’assaillant mis en examen et écroué


Un homme a percuté volontairement des policiers à Colombes ce lundi.

L’assaillant qui a violemment percuté deux motards de la police nationale ce lundi à Colombes dans les Hauts-de-Seine, a été mis en examen ce vendredi avant d’être écroué.


Youssef T., 29 ans, a été mis en examen pour tentative d’assassinats « en relation avec une entreprise terroriste ». Il a été placé en détention provisoire. Ce lundi en fin d’après-midi, le mis en cause a violemment percuté deux motards de la police ainsi qu’un policier municipal, de manière délibérée. Les deux motards ont été hospitalisés et leurs jours ne sont pas en danger.

Durant ses auditions, l’homme a affirmé vouloir « se lancer à corps perdu dans la bataille pour imposer la charia sur l’ensemble de la terre » a précisé le parquet national antiterroriste (PNAT) dans un communiqué. Le mis en cause assume « totalement son acte ». Une lettre d’allégeance au groupe État islamique (EI) ainsi qu’un couteau ont également été retrouvés dans sa voiture, avec laquelle il a foncé volontairement sur les forces de l’ordre.

« Très solitaire » et pas « déséquilibré »

Les enquêteurs ont également exploité les supports numériques du suspect, qui ont été saisis lors de la perquisition de son domicile. Ce travail de recherches a montré que Youssef T. avait « un intérêt pour l’État islamique ainsi que le terrorisme de manière générale », selon une source proche de l’enquête citée par L’Express.

Le profil de l’assaillant est qualifié de « très solitaire » et pas de « déséquilibré » selon une source source proche du dossier. Il se considère comme un « guerrier » qui évite de cibler les « civils ».


« Taper du flic »

« Allah m’a choisi », a également affirmé le mis en cause, ajoutant qu’il voulait « taper du flic », selon Le Parisien. Il a plus tard nuancé son propos, précisant qu’il voulait seulement les blesser. Dans la lettre retrouvée dans sa voiture, il était écrit : « Je prête allégeance à Abou Walid al Sahraoui nouvel émir de l’État islamique, et digne héritier d’Abou Bakr Al-Baghdadi… »

Youssef T. était connu pour des faits d’outrage en 2014. Il avait fait l’objet d’un rappel à la loi concernant cette affaire a indiqué la procureure de Nanterre Catherine Denis. En outre, le suspect n’était pas fiché S pour radicalisation.