Attentant à Lyon : L’engin explosif a été déclenché à distance à l’aide d’un téléphone


Le suspect est visible sur les vidéosurveillances. Il est activement recherché.

Une explosion de faible intensité s’est produite dans le centre de Lyon ce vendredi après-midi, faisant 13 blessés. La traque du suspect aperçu sur les vidéosurveillances se poursuit.

Le suspect qui a déposé l’engin explosif est arrivé à vélo. Âgé d’une trentaine d’années, il était vêtu d’un pull noir, avait les manches retroussées et portait un bermuda beige. Le mis en cause portait quelque chose sur la tête, une capuche ou un chapeau et avait aussi des lunettes de soleil. La volonté de dissimuler son visage est évidente.

L’engin explosif qui se trouvait dans un sac, ou une petite valise, a été déposé devant la vitrine de la « La Brioche dorée », une boulangerie de la chaîne française de restauration rapide située au 15 rue Victor Hugo dans le IIe arrondissement de Lyon, à proximité de la place Bellecour. Une minute 30 à 2 minutes plus tard, l’explosion s’est produite. Il était environ 17h30.

Au total, 13 personnes ont été blessées, neuf femmes dont une enfant de 10 ans, ainsi que quatre hommes. Aucune des victimes n’a eu son pronostic vital engagé. « La charge était relativement peu importante puisqu’elle a provoqué par souffle l’explosion des vitres de la banque réfrigérée mais on ne voit pas plus », a indiqué dans la soirée le maire du IIe arrondissement Denis Broliquier.

Déclenchée à l’aide d’un téléphone

Selon nos informations, l’engin explosif a été déclenché à distance. Le détonateur principal était en effet relié à un téléphone portable dont la carte SIM venait d’être achetée. Une fabrication qui démontre une certaine organisation du ou des auteurs.


Toujours selon nos informations, un second détonateur était présent sur l’engin explosif, plus rudimentaire. Par ailleurs, la bombe était composée de vis, de clous, et de boulons. Toutefois, plusieurs victimes ont été blessées par les morceaux de verre de la vitrine de la boulangerie, au moment de l’explosion.

La bombe n’a-t-elle pas explosé comme prévu ? Cette hypothèse n’est pas écartée par les policiers. Les enquêteurs de la DGSI et de la SDAT sont restés tard dans la nuit sur le lieu des faits, en présence des policiers scientifiques, pour récupérer un maximum d’indices et de traces, notamment ADN.

Le suspect visible sur les vidéosurveillances

Sur les vidéosurveillances dont est issue la photo du suspect recherché, le mis en cause repart d’où il vient, après avoir déposé l’engin explosif. Il est visible sur plusieurs centaines de mètres avant de disparaître des caméras. La police nationale a lancé un appel à témoins ce vendredi soir pour le retrouver.

La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête pour « tentatives d’assassinats et association de malfaiteurs terroriste ».