Attentat à Conflans : l’hommage national à Samuel Paty aura lieu ce mercredi annonce l’Élysée


Des fleurs ont été déposées ce samedi devant le collège où travaillait Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine. (capture écran vidéo Clément Lanot)

L’Élysée a annoncé en fin de journée que l’hommage national au professeur Samuel Paty, tué ce vendredi dans un attentat à Conflans-Sainte-Honorine, sera rendu ce mercredi.

L’hommage national à Samuel Paty, décapité en pleine rue à proximité de son collège ce vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) alors qu’il rentrait chez lui, aura lieux ce mercredi annonce l’Élysée. Ni le lieu, ni le déroulement de cet hommage n’est connu pour le moment. Il est organisé en coordination avec la famille du défunt.

Par ailleurs, un rassemblement est organisé ce dimanche sur la place de la République à Paris pour rendre hommage à l’enseignant. L’appel a été initié par SOS Racisme, la FSU, le Sgen-CFDT, l’Unsa-Education, le SNALC, la FCPE, la FIDL, la FAGE et l’UEJF notamment. D’autres rassemblements sont organisés dans d’autres villes, notamment à Marseille et Bordeaux.

Des centaines de personnes se sont réunies devant le collège du Bois d’Aulne ce samedi après-midi, pour rendre hommage à l’enseignant tué.

« Le niveau de menace terroriste reste élevé »

En outre, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a transmis des consignes à tous les préfets dans une note, les appelant à prendre « immédiatement toutes les mesures afin de garantir la sécurité des citoyens » qui participeront aux rassemblements en soutien à Samuel Paty.

Dans cette note, le ministre rappelle que « le niveau de menace terroriste reste élevé ». « Tout incident ou trouble à l’ordre public en lien avec cet attentat et les réactions qu’il suscite devra faire l’objet d’un avis immédiat à mon cabinet », est-il demandé. Gérald Darmanin organisera ce dimanche en fin de journée, une vision-conférence avec les préfets « sur les sujets en lien avec l’événement terroriste de ce vendredi », peut-on également lire.

Neuf personnes sont toujours en garde à vue au lendemain de cet attentat. L’assaillant âgé de 18 ans, Abdoulakh A., avait obtenu le statut de réfugié en France. Il était « présent devant le collège dans l’après-midi » et a demandé à des élèves qu’ils lui désignent le professeur, Samuel Paty, a indiqué le procureur de la République lors d’une conférence de presse. Après son acte, le terroriste a revendiqué cet attentat sur Twitter. Il a été abattu par les policiers quelques minutes plus tard.