Rambouillet : des images pédopornographiques trouvées dans un téléphone du terroriste


Jamel Gorchene a été abattu par un policier au moment de l'attaque.

Les enquêteurs ont découvert des images à caractère pornographique et pédopornographique dans le téléphone du terroriste de Rambouillet (Yvelines), Jamel Gorchene.

Les policiers de la DGSI et de la SDAT poursuivent leurs investigations pour déterminer le profil et le parcours du terroriste de Rambouillet qui a tué une fonctionnaire de police, Stéphanie Monfermé, ce vendredi, dans une attaque au couteau à l’entrée du commissariat.

En exploitant l’un des téléphones du tueur, les enquêteurs ont découvert des images pornographiques et pédopornographiques selon des informations de RTL. Des images qui mettent en scène des « personnes transsexuelles » et des « enfants mineurs ».

Au cours de sa conférence de presse ce dimanche, le procureur antiterroriste Jean-François Ricard a évoqué la « radicalisation peu contestable » du terroriste, précisant que « la présence de certains troubles de personnalité a pu être observée ». Jamel Gorchene, un ressortissant tunisien de 36 ans, était inconnu des services de renseignement et n’avait jamais été condamné par le passé.

Une source proche de l’enquête citée par nos confrères évoque « le profil d’un individu perturbé » qui se tourne vers le terrorisme, « pour résoudre ses tourments personnels ». Les enquêteurs n’auraient, à ce stade, découvert aucun élément préparatoire de cet attentat. Trois personnes sont toujours en garde à vue ce mardi dans le cadre de cette enquête ouverte pour « assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste ».

Stéphanie Monfermé était âgée de 49 ans.

Emmanuel Macron se rendra aux obsèques de la victime

Le président de la République Emmanuel Macron se rendra aux obsèques privées de Stéphanie Monfermé, ce jeudi, a fait savoir l’Élysée. De son côté, le Premier ministre Jean Castex présidera une cérémonie le lendemain, jour de l’hommage national qui sera rendu à la victime qui était mère de deux filles.