Attentats de Trèbes et Carcassonne : la mère et 2 sœurs du terroriste placées en garde à vue


Illustration Actu17 ©

Trois proches de Radouane Lakdim ont été interpellés et placés en garde à vue ce mardi matin.

Les policiers de la sous-direction antiterroriste (SDAT) qui agissent sur commission rogatoire du juge d’instruction, ont placé en garde à vue la mère et deux sœurs du terroriste de Trèbes et de Carcassonne nous indiquent des sources judiciaires, confirmant les informations de RTL.

Les enquêteurs cherchent à déterminer si les trois femmes âgées de 47, 22 et 18 ans ont pu jouer un rôle dans la radicalisation de Radouane Lakdim, ainsi que dans son passage à l’acte.

La mère du terroriste avait été entendue comme témoin le jour de l’attentat, le 23 mars 2018 et avait affirmé ne pas être au courant que son fils était radicalisé. Elle avait d’autre part expliqué que si elle avait su qu’il allait passer à l’acte, elle aurait « prévenu la police ».

L’une des sœurs du terroriste interrogée par TF1, avait affirmé que son frère « n’était pas un salafiste » et qu’il ne « parlait pas de guerre ».


4 morts et 15 blessés

Ce 23 mars 2018, Radouane Lakdim avait d’abord volé une voiture après avoir blessé par balle le conducteur et abattu son passager. Il avait ensuite ouvert le feu sur des policiers de la CRS 53 qui se trouvaient à proximité de leur cantonnement, à Carcassonne. Le terroriste avait alors pris la direction du supermarché Super U de Trèbes, où il a tué un employé, un client et le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, après une prise d’otage. 15 personnes avaient également été blessées.

Le tueur avait été abattu par les forces de l’ordre lors de l’assaut. L’attentat avait été revendiqué par le groupe EI.

Cinq suspects mis en examen

A ce stade de l’enquête, cinq personnes ont été mises en examen par les juges antiterroristes, la compagne du terroriste ainsi que quatre hommes soupçonnés d’avoir eu connaissance du projet d’attentat.