Beauvais : Un professeur frappé au visage par un lycéen pour une simple remarque

Le lycée professionnel Jean-Baptiste Corot à Beauvais. (Google view)

Un professeur d’éducation physique et sportive (EPS) a été violemment agressé par l’un de ses élèves au lycée professionnel Jean-Baptiste Corot, à Beauvais (Oise), ce mardi matin. L’enseignant venait de lui demander d’enlever sa casquette. Il a déposé plainte. L’adolescent a été placé en garde à vue.

C’est un nouvel acte de violences qui est survenu ce mardi, au lycée professionnel Jean-Baptiste Corot à Beauvais. Les faits se sont produits durant un cours d’EPS peu avant 11 heures. Le professeur d’une cinquantaine d’années aurait demandé à l’un de ses élèves âgé de 15 ans, de bien vouloir retirer sa casquette. L’adolescent aurait refusé avant de menacer de mort son enseignant et de le frapper violemment au visage, à plusieurs reprises.

Le personnel du lycée a alerté les forces de l’ordre qui ont interpellé l’adolescent. Ce dernier, déjà connu des services de police, a été placé en garde à vue. Le professeur d’EPS, légèrement blessé, a déposé plainte. Une enquête a été ouverte et confiée au groupe d’appui judiciaire (GAJ) du commissariat.

Une violente agression la semaine passée

Une semaine auparavant, le 23 novembre, une conseillère principale d’éducation (CPE) a été rouée de coups par un élève rappelle L’Observateur de Beauvais. Ce lundi, une rixe entre jeunes individus de Beauvais et Méru a éclaté devant l’établissement. Des tirs de mortiers d’artifice ont été signalés. Un suspect a été interpellé devant le lycée avec un sabre japonnais.

Le corps enseignant dénonce des incidents qui se répètent et un manque de moyens. « Le fait d’enseigner à distance ou en demi-groupe avait fait baisser les tensions durant les confinements mais là, c’est reparti et le climat se dégrade vraiment cette année », a confié une enseignante au média local.

L’agression de ce professeur d’EPS survient au lendemain de celle d’une enseignante du lycée Montaigne dans le VIe arrondissement de Paris. L’un de ses élèves de 15 ans l’a violemment frappée en pleine classe.