Belfort : Un homme de 35 ans poignardé à mort, le meurtrier échappe aux policiers aidé par un tiers


Illustration. (Shutterstock / Gérard Bottino)

Une agression mortelle a eu lieu près de la gare de Belfort, ce samedi en fin d’après-midi. Un trentenaire a été tué de plusieurs coups de couteau. Son agresseur est parvenu à s’échapper « grâce à l’intervention d’un tiers », a indiqué le parquet.


Un homme de 35 ans a été tué de plusieurs coups de couteau ce samedi vers 17 heures, alors qu’il se trouvait dans la rue Thiers à Belfort, près de la gare. D’après des témoignages, une altercation se serait produite avec un autre homme avant que la situation ne tourne au drame. La victime a été poignardée à l’abdomen et au niveau des poumons.

Un équipage de la police municipale qui patrouillait à proximité a vu un attroupement devant le numéro 9 de cette rue, relate L’Est Républicain. Les fonctionnaires sont immédiatement intervenus et ont interpellé un homme soupçonné d’être l’agresseur, mais une bousculade a eu lieu.

Le suspect a réussi à prendre la fuite « grâce à l’intervention d’un tiers, alors que la police municipale était à ses trousses » a indiqué le parquet de Belfort, dans la soirée. Le fuyard était toujours recherché samedi soir. Un périmètre de sécurité a été établi sur les lieux du drame.

Les secours tentent de le réanimer durant 2 heures

Dans le même temps, les secours ont tenté de réanimer le trentenaire qui était en arrêt cardio-respiratoire. Les pompiers et le SMUR lui ont prodigué un massage cardiaque et ont pu faire repartir son cœur, avant qu’il ne cesse de battre de nouveau.


Il a été médicalisé sur place et un hélicoptère a été mobilisé pour l’évacuer, mais il est décédé vers 19 heures malgré tous les efforts des secours. Le trentenaire qui a été tué était défavorablement connu des services de police. Une riveraine qui l’a croisé un peu plus tôt a assuré le connaître.

«  Il n’habite pas dans le coin, il vient des Résidences (un quartier de Belfort, ndlr). J’ai évité de le regarder car je sais qu’il guette le moindre prétexte pour embêter, provoquer et chercher la bagarre. […] Je suis rentrée chez moi et quand je suis ressortie avec mes enfants, je l’ai vu, au sol  », a-t-elle témoigné auprès du quotidien régional. Une enquête criminelle a été ouverte par le parquet.