Besançon : L’audience dégénère, le procureur maîtrise lui-même une proche d’un prévenu


Étienne Manteaux, procureur de la République de Besançon, au côté du préfet du Doubs Joël Mathurin, en février 2019. (Twitter / @Prefet25)

C’est une scène peu banale à laquelle ont pu assister les personnes présentes lors d’une audience au tribunal correctionnel de Besançon (Doubs), ce vendredi. Le procureur de la République a mis à profit sa pratique du judo pour aider les forces de l’ordre à ramener le calme dans la salle.

Dès son arrivée dans la salle d’audience dépourvue de box, le prévenu âgé de 22 ans, Jairo Asmus, a donné le ton. Il a calmement prévenu qu’il était impossible de contrôler « ses coups de nerfs« . La tension était d’ailleurs palpable depuis le début de cette audience en comparution immédiate, et des éclats de voix pouvaient laisser présager le pire pour la suite.

Malgré son jeune âge, le prévenu a déjà une réputation qui le précède : regard intimidant, physique de lutteur, avec lui la moindre contrariété peut mettre le feu aux poudre. « La tension qu’il dégage autour de lui est saisissante« , raconte L’Est Républicain.

La sanction tombe, la situation dégénère

Au moment où le jugement a été rendu – trois ans de prison dont la moitié de sursis avec mise à l’épreuve – et alors que l’escorte s’apprêtait à conduire le condamné hors de la salle d’audience, la situation a pris la tournure redoutée. Front contre front avec une assurance à toute épreuve, Jairo Asmus a défié un agent de l’escorte : « Tu vas faire quoi, me frapper ? » lui a-t-il lancé en défi. Une mêlée s’en est suivie où trois autres agents sont venus prêter main forte à leur collègue.

Profitant de la confusion, une proche du condamné qui se trouvait dans la salle est intervenue dans la lutte.


Conscient du danger, le procureur bondit de son prétoire

Sans tergiverser, le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux, a foncé dans la mêlée. Par crainte que la femme ne se saisisse de l’arme d’un agent, cet ancien judoka l’a maîtrisée en un clin d’œil par une prise au cou, avant de l’exfiltrer de la lutte. Parallèlement, le condamné a été sorti de la salle.

Ce dernier était poursuivi pour une série de vols en réunion commis récemment en Haute-Saône. Avec l’aide de complices, il avait dérobé une BMW X6 avant de lui apposer une immatriculation usurpée, dans le but de commettre leurs méfaits. Mais repérés par les gendarmes le 1er novembre dernier, une course-poursuite s’était déclenchée. Les malfaiteurs avaient été contraints d’incendier le bolide dans les bois de Recologne.

L’enquête avait permis de le confondre et son interpellation avait eu lieu ce mardi à Saint-Vit. Une arrestation mouvementée ponctuée d’insultes et d’outrages aux forces de l’ordre. Poursuivi pour les mêmes faits, son frère a été relaxé ce vendredi. Toutefois, il a été écroué comme lui, pour l’exécution d’une autre peine liée à une précédente affaire.