Béziers : Les policiers attaqués par une quinzaine d’individus dans un guet-apens durant le couvre-feu


Illustration. (Shutterstock)

Les policiers ont été appelés pour un véhicule en feu dans le quartier de la Devèze à Béziers (Hérault), en pleine nuit. A leur arrivée, ils ont été attaqués par une quinzaine d’individus qui leur avaient tendus un guet-apens.

Il était environ 3 heures dans la nuit de mercredi à jeudi lorsque les policiers ont été alertés. Un véhicule avait été incendié dans le quartier de la Devèze à Béziers.

Deux équipages de police se sont rendus sur place. Une fois arrivés, les fonctionnaires ont constaté qu’un véhicule était bien en feu sur le rond point de l’abbé Pierre mais qu’un gros rocher qui se trouvait à une cinquantaine de mètres de cette place, les empêchait de passer. Les forces de l’ordre sont donc descendues de leurs véhicules pour écarter cet imposant caillou.

Au même moment, une quinzaine d’individus ont surgi, venant de la place de l’église et leur ont lancé de nombreux projectiles, en hurlant. Des renforts sont ensuite arrivés et les agresseurs ont pris la fuite. Aucun n’a pu être interpellé.

Les deux véhicules de police ont été touchés par les projectiles et l’un a été légèrement endommagé.


Un couvre-feu de 21 heures à 5 heures

Les forces de l’ordre ont ensuite sécurisé l’intervention des sapeurs-pompiers qui ont circonscrit l’incendie. Le véhicule incendié, une Peugeot 206, n’était pas signalé volé et a été totalement détruit.

Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat local. Les faits se sont déroulés alors qu’un couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin a été décrété à Béziers.

« C’est à un véritables guet-apens, c’est intolérable »

« Au-delà des violences régulières commises à l’encontre des forces de l’ordre,
c’est à un véritables guet-apens auquel a du faire face les policiers biterrois
cette nuit, c’est intolérable », a réagi Stéphane Navarro, délégué du syndicat Unité SGP-FO, ce jeudi.

« Ces faits sont d’autant plus insupportables et intolérables que les policiers
évoluent dans un contexte dramatique qui les soumet également à rude
épreuve contenu d’une actualité dont nul n’ignore l’ampleur », a ajouté l’organisation syndicale dans son communiqué.