Béziers : Un surveillant pénitentiaire écroué, soupçonné d’avoir organisé un trafic de stupéfiants en prison


Illustration. (©PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP)

Les enquêteurs du Service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Montpellier ont interpellé, lundi, un surveillant qui exerçait au centre pénitentiaire du Gasquinoy à Béziers (Hérault).

Le fonctionnaire a été mis en examen puis placé en détention provisoire à Perpignan, ce vendredi. La justice le soupçonne de s’être livré à un trafic de stupéfiants, de cigarettes et d’avoir introduit des téléphones à l’intérieur de la prison.

Encagoulés, les enquêteurs de la police judiciaire ont interpellé le surveillant dans l’enceinte de la prison, au moment de sa prise de service au CD1. Ils l’auraient trouvé en possession de 10 tablettes de résine de cannabis, rapporte Midi Libre.

Il a reconnu les faits reprochés

Le fonctionnaire mis en cause exerçait sur Béziers depuis environ 5 ou 6 ans, selon ses collègues de travail. Il devait bénéficier d’une mutation à Perpignan au mois d’avril, pour y rejoindre sa famille. Un détenu a été interpellé dans le cadre de la même affaire. Il est soupçonné d’être le complice du surveillant.

Durant sa garde à vue qui a duré 96 heures, le surveillant pénitentiaire a très peu collaboré avec les enquêteurs, précise le quotidien régional. Il aurait tout de même reconnu les faits, sans toutefois indiquer son ampleur ou la période durant laquelle il a agi de la sorte.


Un procès prévu le 25 mars

Lors de ses auditions, le mis en cause aurait indiqué être propriétaire de biens immobiliers en Espagne, et titulaire de comptes bancaires dans ce pays. C’est notamment pour ces raisons qu’il a été placé en détention provisoire, le magistrat craignant une éventuelle fuite. Son procès doit se tenir le 25 mars prochain.