Bretagne : 2000 personnes participent à une rave party du nouvel an, un véhicule de gendarmerie brûlé


Un véhicule de gendarme a été incendié et détruit. (capture écran vidéo/DR)

Une rave party s’est déroulée tout au long de la nuit à Lieuron (Ille-et-Vilaine), au sud de Rennes. Près de 2000 personnes y ont participé sans respecter les gestes barrières. Un véhicule de gendarmerie a été incendié et trois militaires blessés.


Des centaines de teufeurs se sont rassemblés dans des hangars désaffectés près de Lieuron (Ille-et-Vilaine), une petite commune situé à une quarantaine de kilomètres de Rennes, pour fêter la nouvelle année. La rave party a débuté dans la nuit, au grand dam des forces de l’ordre. Entre 1000 et 2000 personnes ont participé à cette fête clandestine indique Ouest-France.

Les gestes barrières n’ont pas été respectés, encore moins la distanciation sociale ont constaté nos confrères. Avant d’arriver sur place, ces centaines de fêtards ont joué au chat et à la souris avec les gendarmes. Des rumeurs évoquaient d’abord, en fin de journée jeudi, une rave party à Chantepie près de Rennes.

Le lieu du rassemblement a changé plusieurs fois et malgré le déploiement d’un escadron de gendarmes mobiles à la demande du préfet de Bretagne, Emmanuel Berthier, les teufeurs sont parvenus à s’installer dans ses hangars vides. Ils avaient commencé à arriver dans le secteur avant 20 heures et le début du couvre-feu, rendant impossible l’intervention des forces de l’ordre en amont.


Trois gendarmes blessés

Les 300 véhicules de ces fêtards venus de toute la France voire même de Pologne selon France Bleu, sont arrivés à tour de rôle à partir de 22 heures et la fête sauvage a alors pu débuter

La situation a dégénéré dans la nuit lorsque des teufeurs ont forcé un barrage de gendarmes installé à Guipry-Messac, non loin du lieu de la fête. Les militaires ont reçu des projectiles et trois d’entre eux ont été blessés. L’un de leurs véhicules a également été dégradé puis incendié. Des images montrant la voiture en feu ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Le véhicule des gendarmes a d’abord été dégradé puis brûlé. (DR)

La rave party était toujours en cours ce vendredi matin à 11 heures, les forces de l’ordre n’étant pas parvenues à faire évacuer les lieux. Une opération qui s’avère délicate : les gendarmes souhaitent éviter un mouvement de foule qui pourrait être à l’origine de blessés.

Une enquête a ouverte par le parquet

Une enquête a été ouverte par le parquet rapporte BFMTV, pour : organisation illicite d’un rassemblement festif à caractère musical, violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique, dégradation de biens d’utilité publique, dégradation du bien d’autrui en réunion, travail dissimulé, tenue illicite de débit de boisson et infractions à la législation sur les stupéfiants et notamment la facilitation de l’usage.

Les investigations ont été confiées à la brigade de recherche de Redon et permettront notamment d’identifier le ou les organisateurs de cette fête clandestine de grande ampleur.