Bruxelles : Surpris par la police en pleine partouze durant le confinement, un eurodéputé démissionne


Jozsef Szajer, le 20 mars 2019. (photo Alexandros Michailidis/shutterstock)

L’eurodéputé hongrois du parti de Viktor Orban a remis sa démission. Ce dernier a été verbalisé ce vendredi soir à Bruxelles (Belgique) alors qu’il participait à une partouze avec une vingtaine d’autres hommes.

« Une vingtaine de personnes ont été verbalisées pour non-respect des mesures sanitaires à la suite d’une soirée organisée vendredi soir, au premier étage d’un immeuble au centre-ville de Bruxelles », a détaillé ce mardi, Sarah Durant, porte-parole du parquet de Bruxelles.

L’information a été révélée par le journal belge la Dernière Heure, la veille. Plusieurs députés européens et diplomates ont participé à cette partouze, alors que la Belgique a adopté des mesures de reconfinement fin octobre pour lutter contre la Covid-19. La police a investi un local situé au-dessus d’un bar, rue des Pierres à Bruxelles, non loin du commissariat, où avait lieu cet événement. Ils ont trouvé de l’alcool, mais également des produits stupéfiants.

« Vingt-cinq hommes dénudés » se trouvaient à l’intérieur selon le quotidien belge. L’un des fêtards a tenté de prendre la fuite en passant par une corniche. Il s’est blessé dans sa course et a été arrêté. Il s’agissait du député européen hongrois Jozsef Szajer, 59 ans. Ce dernier a précisé dans un communiqué qu’il n’avait pas consommé de drogue mais la police affirme avoir retrouvé « une pilule d’ecstasy ». L’homme a fait valoir son immunité parlementaire, entrainant l’intervention du ministère belge des Affaires étrangères en pleine nuit.

« Je présente mes excuses à ma famille »

Cet élu du Fidesz, parti hongrois conservateur et populiste associé au groupe parlementaire (PPE), avait annoncé dimanche son départ du Parlement européen et son retrait de la vie politique. « Je regrette profondément cette violation des restrictions anti-Covid, c’était irresponsable de ma part. Je suis prêt à payer l’amende prévue dans ce cas », qui est de 250 euros, a-t-il expliqué ce mardi, après la diffusion de l’information dans les médias. « Je présente mes excuses à ma famille, à mes collègues et à mes électeurs », a-t-il ajouté, évoquant « un faux pas strictement personnel ».

Le parquet a annoncé qu’une vingtaine de personnes au total avaient été verbalisées. Outre l’eurodéputé, il y avait aussi deux diplomates dans ce groupe d’hommes.