Charente-Maritime : Le corps sans vie de Pauline, 11 ans, disparue en mer a été retrouvé


Un bateau de la SNSM au large de Calais, le 25 janvier 2019. (Illustration/photo Johan Ben Azzouz/PhotoPQR/La Voix du Nord)

Un groupe d’enfants d’une colonie de vacances s’était retrouvé en difficulté dans l’eau au large de la plage de Meschers-sur-Gironde (Charente-Maritime), ce vendredi après-midi. Une fillette de 11 ans avait alors disparu. Elle a été retrouvée morte ce lundi soir.

Il n’y avait pratiquement plus d’espoir de la retrouver vivante. Le corps sans vie de Pauline, 11 ans, a été retrouvé sur la Grande plage de Saint-Georges-de-Didonne ce lundi en début de soirée rapporte Sud Ouest. Vendredi après-midi, elle avait été emportée par le courant devant la plage des Vergnes, à Meschers-sur-Gironde, alors qu’elle se trouvait avec d’autres enfants faisant partie d’une colonie de vacances encadrée par l’Association régionale des œuvres éducatives et de vacances de l’Éducation nationale (Aroéven).

« Le groupe a très probablement été pris par la marée. La mer était agitée, le coefficient était gros, elle est montée rapidement », a expliqué ce samedi Estelle Leprêtre, sous-préfète de Jonzac. Après cet accident, trois jeunes ont été secourus par les secours rapidement déployés. Une jeune fille a été hospitalisée suite à un début de noyade, deux autres enfants ont été choqués. Pauline était depuis portée disparue et les recherches s’étaient poursuivies ce samedi et ce dimanche.

Une enquête ouverte

Son corps a finalement été découvert ce lundi soir et la plage a été évacuée par la SNSM de Royan. Les policiers se sont rendus sur place pour procéder aux constatations. La jeune victime, décrite comme « sportive » et « débrouillarde » était prise en charge par l’aide sociale à l’enfance (ASE), accueillie le reste de l’année au sein du foyer Serenne à Orléans (Loiret) détaille Le Parisien.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Saintes afin de faire la lumière sur les circonstances de ce drame. L’association a de son côté ouvert une cellule psychologique. Rodrigue Carbonnel, secrétaire général de la fédération des Aroéven, affirme à Sud Ouest que « les normes ont bien été respectées ». « Les enfants se baignaient dans la zone surveillée par les sauveteurs. Ils ont pu être emmenés au large par une baïne ». La colonie était encadrée par quatre animateurs et un directeur pour 35 participants.

Selon Santé Publique France, 168 noyades mortelles ont été recensées en France entre juin et début août, soit une baisse de 22% en comparaison à la précédente enquête datant de 2018. Une baisse qui pourrait être liée au mauvais temps depuis le début de l’été.