Charente-Maritime : Un homme en liberté conditionnelle avoue avoir tué son ex-compagne à coups de marteau


Illustration. (Adobe Stock)

Durant sa garde à vue, un homme a reconnu le meurtre de son ex-compagne et confié avoir « perdu tout contrôle » lors d’un rendez-vous avec elle.

Un homme de 44 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire par un juge d’instruction de La Rochelle pour le meurtre de son ex-compagne, a indiqué le procureur de la République ce mercredi soir.

Le quadragénaire était sorti de prison le 2 juin, sous le régime de la liberté conditionnelle, rapporte Sud Ouest. La victime, Barbara Besey, lui avait alors affirmé son désir de mettre un terme à leur relation débutée il y a près de quatre ans, ajoutant qu’elle avait rencontré une autre personne.

Ce ressortissant macédonien a reconnu avoir tué son ex-compagne de 47 ans, ce dimanche lors d’un rendez-vous fixé dimanche, durant lequel cette dernière devait récupérer ses clés de véhicule et d’appartement.

Quelques jours avant, l’homme, qui vivait très mal cette situation, s’était présenté au domicile du nouveau compagnon et s’était montré véhément, mais un terrain d’entente semblait pourtant avoir été trouvé.


Frappée à coups de marteau et étranglée avec une ceinture

Pendant sa garde à vue, il a confié aux enquêteurs avoir « perdu tout contrôle » et « frappé son ancienne compagne avec un marteau avant de l’étrangler avec sa ceinture », a indiqué le procureur de La Rochelle Laurent Zuchowicz dans un communiqué.

Des faits qu’il aurait commis dans l’appartement de Périgny (Charente-Maritime) qu’ils avaient occupé durant leur relation, a précisé le magistrat. D’après les analyses toxicologiques, le suspect n’était pas sous l’emprise de l’alcool ou de produits stupéfiants à ce moment-là.

Sans nouvelles de sa part, des proches de la victime ont signalé sa disparition inquiétante aux policiers du commissariat de La Rochelle, dès le lendemain.

Interpellé ivre sur le parking du commissariat

Son corps sans vie a finalement été retrouvé lundi après-midi, à l’intérieur de l’ancien appartement du couple. Rapidement, le principal suspect a été interpellé alors qu’il se trouvait, ivre, dans sa voiture garée sur le parking du commissariat.

L’homme est loin d’être inconnu de la justice. Il a déjà fait l’objet de 19 condamnations entre 2002 et 2019, la plupart pour des délits routiers mais aussi pour des violences aggravées.

Lorsque le crime a eu lieu, il venait de purger trois condamnations au centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne (Vienne), soit un total de 8 mois de prison pour des infractions routières.

Au terme de sa garde à vue ce mercredi, le quadragénaire a été présenté à un juge d’instruction qui l’a mis en examen pour « meurtre par ex-concubin » et placé en détention provisoire.

Au moins 29 féminicides ont été recensés depuis le début de cette année, contre 126 l’an passé.