Chartres : 220 kg de cannabis saisis, un homme au chômage et au train de vie confortable écroué

Illustration. (photo Olivier Dietze/dpa/picture-alliance/MaxPPP)

Un homme de 29 ans a été mis en examen pour trafic de stupéfiants à Chartres (Eure-et-Loir). Après près de sept mois d’enquête, les policiers ont découvert 220 kilos de résine de cannabis dissimulés dans une voiture. Le suspect, au chômage mais avec un confortable train de vie, a affirmé être tombé dans un guet-apens.

Arrêté avec plus de 200 kilos de cannabis, Nicolas assure qu’il est tombé dans une embuscade. Cet homme de 29 ans a été mis en examen fin octobre à Chartres pour trafic de stupéfiants avant d’être incarcéré. Originaire de Dreux, il est soupçonné d’être impliqué dans un vaste trafic de résine de cannabis qui alimentait l’ouest de la France.

C’est en avril dernier que les enquêteurs du service de police judiciaire de Dreux s’intéressent à un groupe de jeune individus qui importe de la résine en provenance du Maroc, pour alimenter les villes du grand ouest de la France. « Les fonctionnaires vont d’abord s’intéresser à une Volkswagen Tiguan qui était utilisée par une précédente équipe démantelée par les fonctionnaires du commissariat », souligne une source proche de l’affaire. Les forces de l’ordre équipent le 4X4 d’une balise et posent des micros à l’intérieur. Entre décembre 2020 et juillet 2021, la voiture se déplace en Indre-et-Loire, dans l’Orne et dans la Sarthe pour livrer de la drogue.

La drogue dissimulée sous le plancher arrière de la voiture

Le 21 octobre, un certain Kilian se rend en région parisienne pour s’approvisionner à bord d’un Peugeot Partner. A 19h50, les enquêteurs en planque retrouvent la camionnette garée route de Paris à Cherisy. Ils voient arriver une Audi S3. Nicolas descend de la voiture et les forces de l’ordre interviennent. La berline allemande prend la fuite à plus de 200 km/h en direction de la région parisienne et ne peut être rattrapée par les policiers. Ils fouillent le Peugeot et y découvrent 220 kg de résine de cannabis, dissimulés dans une cache, installée sous le plancher arrière qui s’ouvre avec une télécommande, logée dans l’allume-cigare.

Nicolas est interpellé et placé en garde à vue dans les locaux de la PJ. Il assure qu’il est tombé dans un guet-apens. On lui avait demandé de déplacer cette voiture sans savoir ce qu’elle contenait. Ce jeune homme a déjà été condamné à trois reprises pour blessure involontaire, conduite sous stupéfiants et trafic. Il est sans profession, père de trois enfants et sa compagne travaille dans une banque.

Des vacances à Dubaï

Son niveau de vie, plus que confortable pour un chômeur, ne manque pas d’interpeller enquêteurs et magistrats. Le dossier relève notamment des vacances à Dubaï et le groupe de recherche interministériel (GIR) de Dreux est chargé de suivre les flux d’argent et de faire l’inventaire des biens des différents protagonistes de cette équipe. « J’ai été interpellé avec de la drogue, souffle-t-il. Je ne peux pas le nier. Mais mon rôle dans ce trafic est minime ». Son avocat, Me Raphaël Chiche, partage cet avis estimant que dans cette histoire de livraison, le rôle de son client n’est pas central.