Chienne poignardée à mort en représailles dans le Val-de-Marne : un suspect de 22 ans interpellé


Illustration. (shutterstock)

Les policiers ont rapidement identifié un suspect après la mort d’une chienne, poignardée en pleine rue à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) ce mercredi. Sa propriétaire avait appelé la police à plusieurs reprises ces dernières semaines pour se plaindre du squat de son hall d’immeuble.


Il a été interpellé à son domicile de Bonneuil-sur-Marne ce vendredi, au petit matin, alors qu’il était encore au lit. Le suspect âgé de 22 ans a été placé en garde à vue.

Ce dernier est accusé d’avoir poignardé à mort une chienne âgée de 8 ans ce mercredi soir à Bonneuil-sur-Marne, avant de prendre la fuite. L’animal était celui d’une habitante de la rue des Clavizis. Elle a vu sa chienne mourir sous ses yeux.

L’animal poignardé à mort en pleine rue

Les faits se sont produits à 18 heures ce mercredi soir, à proximité de son domicile. Alors qu’elle promenait Ginger, son Malinois âgé de 8 ans, avec sa fille, un individu au visage dissimulé est arrivé dans son dos et a poignardé l’animal sur le flanc, avant de disparaître.

La chienne a agonisé durant plusieurs minutes avant de décéder. Les policiers s’étaient rendus sur place sans parvenir à interpeller l’auteur des faits, introuvable.


A plusieurs reprises ces derniers temps, cette riveraine âgée de 56 ans avait fait appel à la police car son hall d’immeuble était squatté sans arrêt par des jeunes. Des démarches qui lui ont valu de nombreuses intimidations de la part de ces derniers et qui sont à l’origine de ce coup de couteau mortel sur Ginger pour la victime, mais aussi pour les enquêteurs.

Déjà condamné plusieurs fois par la justice

Une enquête a été immédiatement ouverte pour « acte de cruauté envers un animal domestique » après les faits et a été confiée au commissariat de Créteil. Les investigations ont rapidement permis d’identifier le mis en cause de 22 ans qui est connu des services de police et qui a déjà été condamné par la justice notamment pour port d’arme et outrages.