Christophe Chalençon, figure des Gilets jaunes, évoque «des paramilitaires» étant «prêts à intervenir».


(capture écran PiazzapulitaLA7)

Christophe Chalençon, une figure des Gilets jaunes dans le Vaucluse (Provence-Alpes-Côte-d’Azur) a été filmé à son insu lors d’une interview donné à une journaliste italienne.


C’est lors d’une entrevue avec une journaliste de l’émission politique italienne « Piazzapulita » que Christophe Chalençon a tenu des propos pour le moins troublant ce jeudi 14 février, alors qu’il pensait ne plus être enregistré. Le média a diffusé l’extrait concerné.

« Je sais que je risque beaucoup. Je peux me prendre une balle dans la tête à n’importe quel moment. Mais j’en n’ai rien à foutre. J’irai au bout de mes convictions, parce que s’ils me mettent une balle dans la tête, Macron il est passé à la guillotine. On est arrivé à un tel point de confrontation, que s’ils m’abattent, il est mort aussi. Parce que le peuple il rentre dans l’Élysée et il démonte tout. Lui, sa femme, et toute la clique » déclare Christophe Chalençon.

« S’ils en touchent un, on a des gens, des paramilitaires qui sont prêts à intervenir »

Puis, celui qui avait rencontré le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio, poursuit et évoque un coup d’État : « On est plusieurs comme ça. S’ils en touchent un, on a des gens, des paramilitaires qui sont prêts à intervenir parce qu’ils veulent aussi faire tomber le pouvoir. Donc aujourd’hui tout le monde est calme, mais on est à la limite de la guerre civile. Donc soit il y a une solution politique rapidement, parce que derrière il y a des gens qui sont prêts à intervenir de partout. »

La journaliste revient ensuite sur les propos de M. Chalençon. Ce dernier confirme : « Oui, des paramilitaires, enfonce-t-il. Des gens qui sont retraités de l’armée, et qui sont contre le pouvoir. Oui, c’est inquiétant, mais vous, vous ne vous en rendez pas compte. Macron, il a peur, très très peur. »

« C’est une comédie à l’italienne ou juste un nouveau délire personnel ? » s’interroge le ministre de l’Intérieur

« Ainsi donc un des leaders des Gilets Jaunes nous annonce un coup d’État militaire… C’est une comédie à l’italienne ou juste un nouveau délire personnel ? » a réagi Christophe Castaner sur Twitter dans la nuit de jeudi à vendredi.