Commissariat incendié, policiers attaqués et dégradations : la manifestation pour Ibrahima a dégénéré à Bruxelles


Les forces de l'ordre ont été prises pour cible à de multiples reprises. (captures écran/DR)

Une manifestation a sombré dans la violence à Bruxelles (Belgique) ce mercredi. Il y a également eu de nombreuses dégradations. Un commissariat a notamment été incendié et quatre policiers ont été blessés. Une policière a été rouée de coups. 112 personnes ont été interpellées, puis trois autres ce jeudi.


Les images diffusées sur les réseaux sociaux et par les médias belges ne laissent pas de doute sur le niveau de violences dans les rues de Bruxelles, ce mercredi après-midi jusqu’en début de soirée. Près de 500 personnes se sont rassemblées vers 15 heures près du commissariat de la rue de Brabant à Saint-Josse-ten-Noode. Une action pour dénoncer le décès d’Ibrahima, 23 ans, après son interpellation samedi soir dans la capitale belge.

Selon les manifestants, le jeune Guinéen est mort des suites de violences exercées par les policiers qui l’ont arrêté. Ibrahima aurait tenté de se soustraire à son contrôle avant d’être rattrapé par les policiers explique La Libre. « Il a perdu connaissance et les policiers présents ont fait appel aux services de secours. Une ambulance et un SMUR sont arrivés sur place et il a été emmené à l’hôpital. Il est décédé à l’hôpital à 20h22 », a précisé le parquet de Bruxelles. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances précises de la mort du jeune homme.

En fin de manifestation vers 17 heures, la situation a dégénéré. Un groupe d’individus – entre 50 et 100 personnes selon les médias locaux – sont restés sur place et ont commis des dégradations, affrontant les forces de l’ordre.

Le poste de police situé rue Brichaut a été incendié et dégradé. Des images amateurs montrant les faits ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Un feu de poubelles a aussi été allumé devant le commissariat de la Zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles situé rue Nicolay 6, a indiqué la police. D’autres poubelles ont été brûlées et six véhicules de police ont été dégradés, dont trois qui ont été incendiés selon DH.

Une policière rouée de coups

Cinq blessés sont à déplorer, donc quatre policiers. Selon Le Soir, une policière a été rouée de coups au sol et grièvement blessée. Une courte vidéo montrant cette violente agression est visible sur Twitter.

Les forces de l’ordre ont été la cible de projectiles mais également de mortiers d’artifice et de cocktails Molotov durant les débordements. Parfois même d’agressions directes comme le montre un syndicat de policiers.

Les policiers ont notamment utilisé un canon à eau pour repousser les émeutiers. Le calme n’est revenu que vers 19h30. 112 arrestations administratives ont été réalisées. 30 mineurs font partie des personnes arrêtées. En outre, le parquet de Bruxelles a annoncé ce jeudi matin l’interpellation de trois suspects, deux majeurs et un mineur, « pour des faits d’incendie volontaire », suite à l’incendie du commissariat de police situé rue Brichaut.

Le Roi Philippe passe au milieu des affrontements

Durant les violences, les policiers ont été contraints de protéger le convoi du Roi Philippe qui passait au milieu des manifestants. Des images amateurs montrent ce moment. Il s’agit d’un trajet régulièrement emprunté par le Roi explique la RTBF.

« Nous ne pouvons en aucun cas accepter ce qui s’est passé aujourd’hui à Schaerbeek. Des enquêtes sont en cours. Plus de 100 personnes ont été arrêtées. Les émeutiers ne s’en tireront pas impunément », a prévenu le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, dans la soirée, sur Twitter.