Confinement : Condamné à 6 mois de prison ferme et écroué après sa 8ème verbalisation en Seine-et-Marne


Illustration (Adobe Stock)

Déjà verbalisé sept fois pour le non-respect du confinement lié à la pandémie de Covid-19, un homme a été contrôlé une huitième fois sans pouvoir présenter d’attestation de déplacement dérogatoire valable. Il a été envoyé derrière les barreaux.

Cette fois, cet habitant de Coulommiers (Seine-et-Marne) âgé de 27 ans va être contraint de respecter le confinement imposé à la population. Et pour cause, le tribunal correctionnel de Meaux l’a condamné à trois mois de prison ferme pour « non-respect réitéré du confinement » et « non-justification de ressources ». Une sanction à laquelle viennent s’ajouter trois mois de prison supplémentaires, prononcés lors d’une précédente condamnation, rapporte Le Parisien.

La police municipale avait contrôlé le jeune homme dans le secteur de la gare, alors qu’il est domicilié dans le quartier de Vaux. Il s’agissait de son 8ème contrôle sans attestation valable. Pour sa défense, il avait expliqué aux policiers qu’il allait consulter les horaires de train… alors que la gare était fermée. En parallèle, les fonctionnaires avaient constaté qu’il était porteur de 1 155 euros en billets de 10, ce qui lui a valu sa condamnation pour « non-justification de ressources ».

D’autres prévenus face à la justice pour le non-respect du confinement

Le même jour, un jeune de 21 ans comparaissait lui aussi au tribunal correctionnel de Meaux après avoir été verbalisé à six reprises pour le non-respect des règles de confinement. Domicilié à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), le prévenu a écopé de 120 jours-amendes à 5 euros.

Il avait été contrôlé sur la place Wathlingen, à Villeparisis, sans raison valable pour justifier de sa sortie aussi loin de son domicile. Il avait affirmé aux fonctionnaires être sorti pour pratiquer du sport, mais n’a convaincu ni les policiers, ni les magistrats.


Enfin, au terme de sa garde à vue, un jeune homme de 19 ans a fait l’objet d’une convocation devant le tribunal correctionnel de Melun pour une audience fixée au 30 juin prochain. Mercredi vers 22h45, il a été interpellé, alors qu’il circulait sur la D50 à Savigny-le-Temple. Aux policiers, il avait affirmé qu’il revenait de son travail, mais son alibi n’avait pas tenu l’épreuve de la vérification. Il s’est avéré que l’automobiliste en était à sa sixième infraction pour non-respect des règles de confinement, depuis le 24 mars.