Confinement : Déjà condamné 28 fois, il sort manger un kebab, refuse un contrôle et écope de 18 mois de prison ferme


Illustration. (shutterstock)

Déjà condamné à 28 reprises par le passé, le mis en cause avait décidé de s’offrir un kebab avec des amis à plusieurs kilomètres de chez lui, malgré le confinement. Après avoir fui un contrôle de gendarmerie en prenant tous les risques, l’homme s’est retrouvé au tribunal.

Un homme de 33 ans, domicilié à Castelsagrat (Tarn-et-Garonne), a donné du fil à retordre aux gendarmes, mardi soir. Le trentenaire, au casier judiciaire noirci de 28 condamnations et sous le coup d’un contrôle judiciaire pour une affaire d’homicide involontaire, comparaissait au tribunal correctionnel de Montauban, ce vendredi après-midi.

Dans la soirée de mardi soir, le trentenaire avait accepté la proposition de ses deux voisins d’aller manger un kebab à quelques kilomètres de là, sur la commune de Valence d’Agen. Une fois le dîner terminé, les trois hommes avaient entrepris de faire le trajet retour, mais ses deux amis ayant bu, selon ses déclarations lors de l’audience, c’est le trentenaire qui avait pris le volant.

Il prend la fuite à 150 km/h

Sur la route, le trio avait croisé un point de contrôle du confinement réalisé par les gendarmes de la brigade Valence-d’Agen. Au lieu d’obtempérer à leurs injonctions, le prévenu avait pris la fuite déclenchant une course-poursuite sur une dizaine de kilomètres, rapporte La Dépêche.

Avec des pointes à 150 km/h sur la route départementale 46, le fuyard et ses amis étaient parvenus à distancer leurs poursuivants et à regagner leurs domiciles de Castelsagrat.


Il affirme avoir « paniqué »

Le trentenaire avait finalement été interpellé et placé en garde à vue deux jours plus tard, par les gendarmes. Leur enquête l’a conduit directement devant la justice. Face aux magistrats ce vendredi, le trentenaire a tenté d’expliquer son comportement : « J’ai paniqué », a-t-il affirmé en ajoutant qu’il regrettait son attitude.

Ce père de deux jeunes enfants, lui-même atteint d’une leucémie depuis 15 ans, a chargé ses acolytes en dénonçant : « Les deux autres dans la voiture ne voulaient pas qu’on s’arrête ». Et la présidente de répliquer : « La voiture n’est pas assurée, le contrôle technique n’est pas à jour… Quelle était l’urgence, en cette période de confinement, d’aller manger un kebab ? ». Ce à quoi le prévenu a répondu qu’il regrettait son acte qu’il juge « idiot ».

18 mois de prison ferme

La substitut du procureur de la République a rappelé qu’il avait mis la vie des autres en danger et notamment celle des gendarmes, et requis une peine de 18 mois de prison ferme.

L’avocate de la défense, Me Diane Payrou, a affirmé que son client avait pris conscience de ses actes et demandé la clémence des magistrats. Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public et a condamné le prévenu à 18 mois de prison ferme.