Coronavirus : 25 jeunes testés positifs au Covid-19 après une soirée privée à Saint-Malo


Illustration. (Shutterstock / View Apart)

Un foyer épidémique a été détecté en Bretagne, après un rassemblement privé qui s’est tenu à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), fin juillet. 34 cas de Covid-19 liés à cet événement ont été recensés au total.

La fête leur a laissé un goût amer. Une soixantaine de jeunes vacanciers originaires de Rennes et de la région parisienne ont participé à un « rassemblement privé » à Saint-Malo, à la fin du mois de juillet dernier. Il s’est avéré qu’une bonne partie des convives a contracté le Covid-19 à cette occasion, révèle France Bleu.

C’est la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) qui a fait un signalement auprès de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bretagne, le 26 juillet dernier, après avoir été informée qu’un participant à cette soirée avait été testé positif à la maladie.

La date de cet événement festif n’est pas connue avec exactitude mais le maire de Saint-Malo, Gilles Lurton, évoque le 17 ou le 18 juillet. Les soixante convives « sont venus pour un anniversaire, mais ils avaient réservé le gîte pour un nombre beaucoup moins important de personnes », a indiqué l’édile au journal Le Parisien.

Les personnes contaminées et leur entourage isolés

Dès que l’ARS a été informée des faits, un traçage a été mis en place pour pouvoir dépister les autres participants à ce rassemblement. Il s’agit de jeunes âgés en majorité de 20 à 25 ans. Les tests ont montré que 25 d’entre eux étaient porteurs du coronavirus.


Ces personnes, ainsi que leurs « cas contacts à risque », sont « isolées à leur domicile, principalement en Bretagne et dans la région parisienne », a précisé l’ARS. L’agence confie « craindre une dissémination du virus dans leur entourage et sur le territoire », car « l’analyse des données récoltées dans le cadre du ‘contact tracing’ confirme que ces personnes ont une activité sociale forte et sont mobiles en cette période estivale ».

Elle a rappelé dans un communiqué que « la période estivale ne doit pas être synonyme d’un relâchement dans le respect des gestes barrières ».

La Direction générale de la santé (DGS) a pour sa part tenu à souligner, le 29 juillet dernier, que si les jeunes « ont peu de risque de développer une forme grave de la maladie », ils peuvent « contribuer à diffuser le virus s’ils ne respectent pas les mesures barrière et contaminer leurs proches, parents, grands-parents et les personnes fragiles, pour lesquelles les conséquences peuvent être graves ».

Au total, 34 cas positifs de Covid-19 ont été recensés parmi les convives et leurs proches, selon un chiffre communiqué par l’ARS, qui précise, ce lundi, que presque tous les cas contacts auraient été identifiés.