Coronavirus : 400 masques de protection et du gel hydroalcoolique volés à l’hôpital d’Arles


Illustration. (Shutterstock)

Comme de nombreux autres hôpitaux depuis le début de la pandémie de Covid-19, le centre hospitalier d’Arles a été victime d’un important vol de matériel de protection.


Le vol de 350 masques chirurgicaux et 50 masques de type FFP2 a été constaté jeudi matin, dans le centre hospitalier Joseph-Imbert d’Arles (Bouches-du-Rhône). Il se trouvaient pourtant dans le bureau de la responsable du bloc opératoire et en salle de réanimation. Du gel hydroalcoolique s’est aussi volatilisé.

« Avant, le gel était en libre-service, et personne ne le touchait. Là, on a trouvé des distributeurs arrachés du mur et vidés de leurs flacons », a témoigné auprès de La Provence, Laurent Donadille, le directeur de l’hôpital, qui ne trouve pas les mots pour qualifier cet acte.

Des sanctions « exemplaires »

L’homme soupçonne un vol perpétré par un personnel de l’établissement et a envoyé une note interne à ses collaborateurs pour en aviser tous les employés. Il déplore le danger qu’un tel acte malveillant fait encourir aux soignants « qui, demain, seront en première ligne » pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

« Si l’on trouve les responsables, on prendra des sanctions exemplaires. C’est déjà arrivé au CH de Montpellier, qui a porté plainte », a-t-il déclaré, en précisant qu’il déposerait plainte si un tel vol avait lieu de nouveau.


Des mesures spéciales Covid-19

Le centre hospitalier Joseph-Imbert est prêt à faire face à un afflux spécifique de malades du coronavirus. Depuis plusieurs jours, une cellule spéciale pour les accueillir a été mise en oeuvre. Une tente a été installée à l’arrière des urgences, dédiée aux dépistages du Covid-19 sur des patients.

Un circuit parallèle au circuit classique des urgences a été déployé pour éviter que les patients atteints du coronavirus ne contaminent les patients qui ne le sont pas.

Multiplication de vols de masques dans les hôpitaux

Malheureusement, un peu partout sur le territoire, des vols de masques de protection se multiplient dans les hôpitaux. Le premier à avoir donné l’alerte est le chef de service de la pneumologie au CHU de Nice. Dès le 28 février, il dénonçait de tels vols à l’hôpital Pasteur I.

2 000 masques de protection respiratoire ont aussi été dérobés à Marseille au début du mois de mars. Dans un e-mail interne, la direction de l’hôpital de la Conception évoquait ce vol. On peut y lire qu’« une vingtaine de boites [de 50 masques] a disparu » durant le week-end précédent le message et « 20 boites de [50] masques chirurgicaux y compris avec visières » le jour-même, au bloc central.

À Paris, l’AP-HP déplore également le vol de 11 000 masques de protection respiratoire depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Deux suspects auraient été interpellés dans l’un des hôpitaux, d’après une source interne à l’établissement public de santé.

Les masques ne sont pas la seule cible des malfrats. Au moins 1 200 flacons de solution hydroalcoolique ont été volés dans plusieurs établissements parisiens, révélait le Canard Enchaîné le 4 mars. Les plaintes seront « systématiques », avait indiqué l’AP-HP.