Coronavirus : Emmanuel Macron exclut la possibilité d’un confinement total


Emmanuel Macron. (photo Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock)

Le président de la République Emmanuel Macron s’est entretenu ce lundi matin avec les autorités religieuses et morales par visioconférence depuis l’Élysée. Le chef de l’État a annoncé à cette occasion qu’il « n’y aura pas de confinement total ».

Alors que de nombreux médecins notamment, réclament un confinement total, plus strict donc que celui instauré depuis près d’une semaine en France, Emmanuel Macron a mis fin au débat ce lundi matin. Le président de la République s’entretenait avec les autorités religieuses et morales et a abordé ce sujet. « Il n’y aura pas de confinement total, car il y aurait plus de maux que de guérisons », a-t-il affirmé rapporte Le Parisien.

« Le confinement absolu n’est pas la panacée, car la société s’écroule et après, comment la reconstruit-on ? Il faut réduire les contacts, mais pas les liens sociaux », a-t-il ajouté. Une mesure très stricte qui pourrait avoir des conséquences graves sur l’approvisionnement dans les supermarchés selon un proche du chef de l’État cité par le quotidien. « On ne peut pas nourrir 70 millions de Français en faisant des livraisons à domicile, sauf à mettre en place un rationnement », a-t-il expliqué.

Une nouvelle allocution télévisée

Le président de la République devrait de nouveau s’exprimer à la télévision dans une allocution, dans les prochains jours, pour annoncer une prolongation des mesures de confinement afin de lutter contre la pandémie de Covid-19 selon le journal. Emmanuel Macron pourrait à cette occasion dévoiler de nouvelles mesures dans le but que le confinement soit mieux appliqué par tous les Français.

Parmi ces possibles nouvelles mesures, une nouvelle attestation dérogatoire avec une case supplémentaire où devra être inscrit l’heure de sortie, l’interdiction des sorties sportives comme le footing et l’obligation de présenter une attestation médicale pour justifier d’un rendez-vous.


En outre, le gouvernement pourrait une nouvelle fois durcir les sanctions en cas de non-respect des mesures, ce qui a déjà été le cas ce dimanche avec la promulgation de la loi d’urgence sanitaire. En cas de réitération, l’infraction peut désormais devenir un délit puni de 6 mois d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende.

Le Conseil d’État a rejeté le principe de confinement total

Saisi en urgence par un collectif de médecin, le Conseil d’État a rejeté ce dimanche le principe de confinement total. L’institution publique a dans le même temps mis l’État en demeure de clarifier dans les 48 heures plusieurs dérogations qu’elle a estimées trop ambiguës : les sorties sportives, les marchés en plein air ainsi que les sorties médicales.