Coronavirus : Faute de place à la morgue, New York prévoit d’enterrer temporairement ses morts dans un parc


Une ambulance transportant un malade du Covid-19 à Brooklyn, vers un hôpital de New York, le 29 mars 2020. (Shutterstock / PatSaza)

Alors que le nombre de décès causés par le coronavirus a explosé depuis 10 jours à New York (Etats-Unis), atteignant 2 475 lundi matin, un élu a fait une annonce largement commentée par les internautes.

La ville de New York est l’épicentre de l’épidémie de Covid-19 aux Etats-Unis, et les autorités sont confrontées à un problème insoluble de manque de place dans les morgues. C’est dans ce contexte qu’un élu municipal a annoncé sur Twitter, que la ville pourrait bientôt avoir besoin d’enterrer temporairement les morts liés au Covid-19 dans un parc municipal.

« Des enterrements temporaires »

Mark Levine, qui représente le nord de Manhattan, écrit : « Cela se fera probablement en utilisant un parc municipal pour les enterrements (oui, vous avez bien lu). Des tranchées seront creusées pour des rangées de 10 cercueils », a-t-il ajouté. Il a fait état d’« enterrements temporaires ».

L’élu a été contraint de rapidement éclaircir ses propos, après le flot infini de commentaires sur les réseaux sociaux qu’a suscité son annonce. Il a précisé que l’utilisation d’un parc était un plan de secours, « qui ne sera pas utilisé si le nombre de morts diminue suffisamment » dans les prochains jours.

Le maire de New York avait abordé le sujet

Lors d’un point presse qui s’était tenu un peu plus tôt, le maire de New York, Bill de Blasio, avait évoqué des « enterrements temporaires » destinés à « tenir jusqu’à la fin de la crise ». « Nous n’en sommes pas là, je ne vais pas entrer dans les détails », avait-il ajouté.

Mark Lévine a expliqué qu’avant la crise, 20 à 25 personnes décédaient chaque jour chez elles à New York, alors que ce nombre atteint désormais 200 à 215 décès quotidiens à domicile. Une situation exceptionnelle, confirmée par des responsables de pompes funèbres qui se disent débordés.

Des camions frigorifiques sont désormais stationnés devant de nombreux hôpitaux de la ville, pour pouvoir conserver les corps en attendant que les pompes funèbres puissent les prendre en charge.