Coronavirus : Le confinement ne doit pas être levé «trop tôt» prévient le directeur de l’AP-HP Martin Hirsch


Martin Hirsch, le directeur de l'AP-HP. (PhotoPQR/Le Parisien/Maxppp)

Alors que la situation de la pandémie de coronavirus en France reste très compliquée, le directeur de l’AP-HP Martin Hirsch a indiqué ce lundi matin que les mesures de confinement ne devaient pas être levées « trop tôt ».

Le confinement a « eu un impact majeur » sur l’évolution de la pandémie de Covid-19 en France a expliqué Martin Hirsch au micro de France inter. Selon le directeur de l’AP-HP (l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris), il ne doit pas se terminer « trop tôt » et même s’il était amené à devenir « plus subtil ».

« Si on voit les choses se stabiliser, c’est parce que le confinement a été mis en place », a-t-il insisté. « Relâcher le confinement trop tôt, craquer en ce moment, si je puis dire, cela conduirait […] à créer ce que nous avons évité jusqu’à présent, le vrai débordement », a prévenu Martin Hirsch.

Un confinement qui pourrait évoluer

Toutefois, le directeur de l’AP-HP a évoqué la possibilité d’un confinement qui pourrait être amené à évoluer vers quelque chose de « plus subtil ». « On va probablement passer du confinement le plus uniforme possible à des choses qui seront plus différenciées, en fonction des publics, en fonction des territoires », a-t-il expliqué.

M. Hirsch a estimé qu’il y aura « probablement un certain nombre de personnes qui iront vers davantage de confinement » et d’autres « aujourd’hui porteuses d’anticorps ou présentant certaines caractéristiques de zone d’habitat » qui « pourront avoir un degré de liberté supplémentaire ».


« Là, ça monte vite et ça descendra lentement »

« La proportion de la population immunisée, protégée, qui porte les anticorps, est aujourd’hui faible », a tempéré Martin Hirsch, ajoutant que la pandémie de Covid-19 se trouve actuellement à un niveau de « plateau » en France. « Un pic ça monte vite et ça descend vite. Là, ça monte vite et ça descendra […] lentement » a-t-il dit, avant de schématiser. « Un plateau, en montagne, ça peut-être un plateau entre deux montagnes, et l’objectif c’est qu’il n’y ait pas la deuxième montagne qui arrive ou qui arrive trop vite ».

« Je pense que si vous interrogez les experts, ils vous diront que le confinement a eu un impact un peu en deçà de ce qu’ils attendaient, mais il a un impact majeur. Et c’est pour cela que nous insistons tous pour ne pas le relâcher dès maintenant », a insisté Martin Hirsch.

Environ 2200 soignants de l’AP-HP contaminés depuis le début

Dans le même temps, le directeur de l’AP-HP a indiqué que « depuis le début, environ 2200 soignants de l’AP-HP ont été infectés par le coronavirus. Parmi eux, quatre étaient ce dimanche en réanimation » et « il y en a un certain nombre qui sont guéris ».