Coronavirus : L’OMS évoque désormais une «pandémie»


Tedros Adhanom Ghebreyesu le 12 septembre 2019. (Alexandros Michailidis / Shutterstock)

L’épidémie du Covid-19 est une « pandémie », a déclaré l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ce mercredi.


Face à la « flambée » des cas, l’OMS se dit « profondément préoccupée » à la fois par les « niveaux alarmants de propagation » du coronavirus et par « les niveaux alarmants d’inaction ». Lors des deux dernières semaines, le nombre de cas de coronavirus à l’extérieur de la Chine a été « multiplié par 13 » a ajouté le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse à Genève.

Le Covid-19 a été qualifié pour la première fois de « pandémie » par l’OMS ce mercredi. Un « mot à utiliser à la légère ou avec négligence », a insisté Tedros Adhanom Ghebreyesus. « C’est un mot qui, s’il est utilisé à mauvais escient, peut provoquer une peur déraisonnable ou une acceptation injustifiée de la fin du combat », a-t-il estimé.

« Nous n’avons jamais vu auparavant une pandémie déclenchée par un coronavirus et nous n’avons jamais vu auparavant une pandémie qui puisse être contrôlée en même temps », a-t-il poursuivi.

« Si les pays détectent, testent, traitent, isolent, tracent et mobilisent leur population dans la réponse, ceux qui ont une poignée de cas de Covid-19 peuvent empêcher que ces cas ne deviennent des grappes, et que ces grappes ne deviennent une transmission communautaire », a-t-il ajouté.


L’OMS s’est dit préoccupé « par les niveaux alarmants de propagation » et « par les niveaux alarmants d’inaction »

« Certains pays rencontrent un manque de capacités. Certains pays se débattent avec un manque de ressources. Certains pays se débattent avec un manque de détermination », a aussi déclaré le patron de l’OMS. « Tous les pays doivent trouver un juste équilibre entre protéger la santé, minimiser les perturbations économiques et sociales et respecter les droits de l’homme ».

L’OMS s’est aussi dit « profondément préoccupée à la fois par les niveaux alarmants de propagation et de gravité, et par les niveaux alarmants d’inaction ».