Coronavirus : Emmanuel Macron annonce un couvre-feu de 21 heures à 6 heures en Île-de-France et dans huit métropoles


Emmanuel Macron ce mercredi soir. (capture écran vidéo)

Le président de la République s’exprimait ce mercredi soir dans une interview télévisée. Un couvre-feu va être mis en place en Île-de-France et dans huit métropoles, de 21 heures à 6 heures, à partir de samedi. Retrouvez les principales annonces du chef de l’État ci-dessous.

L’échec de l’application StopCovid

20h43. Le chef de l’État a évoqué le fiasco de l’application StopCovid : « Ça n’a pas marché. Ça a été beaucoup moins téléchargé que tous nos voisins. On n’a pas réussi. Personne n’a réussi à faire de l’application un vrai outil d’alerte. On n’a pas réussi à faire de l’application un outil pour les gens ». Une nouvelle application sera lancée le 22 octobre et se nommera Tous Anti-Covid. « Il y aura des informations : comment circule le virus, les points où se faire tester, des informations particulières et locales », précise-t-il. « On en fera un instrument avec tous les pros pour mieux alerter et tracer et identifier ».

Une situation face au Covid-19 « jusqu’à l’été 2021 »

20h38. « Nous en avons jusqu’à l’été 2021 au moins avec ce virus », prévient Emmanuel Macron.

« On a eu des délais [de test] trop longs »

20h36. Emmanuel Macron évoque les tests de dépistage du Covid-19. « C’était gratuit mais je ne crois pas que des gens soient allés se faire tester à l’excès. Je ne mettrais pas ça sur le compte de la politique de test. On a eu des délais trop longs. Pas l’organisation qui permettait de le faire, pas de grosse centrale de test. Un système pas habitué à avoir une telle pression, de la queue pour obtenir le test et pour avoir le résultat », affirme-t-il.

« On a besoin que les entreprises fonctionnent »

20h31. « Le télétravail, c’est un outil intelligent. Si c’est une règle nationale, parfois, on ré-isole les gens. Le télétravail, quand on a une résidence secondaire, c’est chouette. Quand on a un appartement, que les enfants sont à la maison, cela devient vite très dur. Il faut du bon sens », demande Emmanuel Macron. « On a besoin que les entreprises fonctionnent, que les entreprises soient ouvertes, les professeurs soient en classe. Dans un bureau où il n’y a pas d’accès au public, on va plutôt inciter les gens à faire deux à trois jours de télétravail par semaine », explique-t-il. « Il faut réussir à réduire nos contacts inutiles, les plus festifs, en continuant à avoir une vie sociale », poursuit Emmanuel Macron.

« Pas plus de six à table »

20h25. « Au restaurant, on a dit pas plus de six à table. Et bien au maximum, pour nos vies personnelles, on essaie », insiste le chef de l’État. « Quand on invite des amis » on essaie « de ne pas être plus de six à table ». « Cette règle des six, qui est une règle de bon sens, il faut essayer de l’appliquer à soi-même », poursuit-il. « Je ne donnerai jamais de leçons à nos jeunes, ce sont ceux qui vivent un sacrifice terrible ». « Il faut de voir moins nombreux en même temps et essayer d’avoir cette règle pour se protéger les uns les autres », conclut-il.

Pas de restrictions sur les transports

20h17. Il n’y aura « pas de réduction des transports » affirme le président de la République. « Nous n’avons pas décidé de réduire les déplacements entre les régions. Il ne s’agit pas d’infantiliser mais de responsabiliser. On n’empêche pas de partir en vacances mais de respecter des règles dans les semaines et les mois qui viennent », précise Emmanuel Macron.

Attestation de sortie et contravention durant le couvre-feu

20h08. Pour faire respecter le couvre-feu, des contraventions seront dressées. « Il y aura des contrôles et des amendes de 135 euros et en cas de récidive, c’est 1500 euros », prévient Emmanuel Macron. « Ce que j’espère, c’est que chacun soit conscient des risques et de l’enjeu ». Le système d’attestation de sortie va être remis en place pour ce couvre-feu.

Un couvre-feu en Île-de-France et dans huit métropoles

20h00. Emmanuel Macron confirme la mise en place d’un couvre-feu nocturne dans les zones d’alerte maximale. L’Île-de-France et les métropoles de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Rouen, Toulouse, Montpellier, Saint-Étienne sont concernées. Ce couvre-feu s’appliquera « entre 21 heures et 6 heures du matin et il commencera à partir de ce samedi 00h00 », a précisé le chef de l’État. « Il durera pour 4 semaines », a-t-il ajouté. « Nous irons devant le Parlement pour le prolonger [le couvre-feu] jusqu’au 1er décembre », explique Emmanuel Macron. « Six semaines, c’est le temps qui nous paraît utile ».

« Nous avons appris de la première vague »

19h58. « Nous n’avons pas perdu le contrôle, nous sommes dans une situation qui est préoccupante et qui justifie que nous ne soyons ni inactifs ni dans la panique. Nous avons appris de la première vague », affirme Emmanuel Macron. « Nous avons eu 30 000 victimes, depuis lors 2000 victimes supplémentaires. Et en effet ce virus revient. Nous sommes dans ce qu’on a souvent appelé cette seconde vague et ça remonte partout en Europe », ajoute-t-il.