Coronavirus : Rassemblements, bars, restaurants… De nouvelles mesures restrictives à Bordeaux


La Porte Cailhau à Bordeaux. (Illustration/Eo naya/shutterstock)

La préfète de la Région Nouvelle-Aquitaine a annoncé de nouvelles mesures drastiques pour lutter contre le coronavirus dans le département de la Gironde, et notamment à Bordeaux.

Pour faire face à la dégradation épidémique du Covid-19 dans le département de la Gironde, la préfète Fabienne Buccio a annoncé de nouvelles mesures ce lundi après-midi. Les rassemblements seront désormais limités à 1000 personnes, au lieu de 5000 dans l’ensemble du département. Les fêtes foraines et brocantes sont désormais interdites.

Par ailleurs, les rassemblements de plus de 10 personnes sont maintenant interdits en extérieur, à Bordeaux, notamment dans les parcs, jardins et plages a-t-elle annoncé. La consommation d’alcool sur la voie publique est également interdite à Bordeaux dès à présent.

Par ailleurs, la consommation debout sera interdite dans les bars et restaurants de l’agglomération de Bordeaux, tout comme la diffusion de musique sur la voie publique, a-t-elle annoncé. Les bars et restaurants qui « contreviennent aux règles sanitaires » seront fermés administrativement dès le lendemain du contrôle. Huit ont déjà fait l’objet d’une fermeture dans le département.

« Les soirées dansantes sont interdites dans les bars, les salles des fêtes et à tous les mariages et anniversaires », a aussi mentionné Fabienne Buccio. La préfète de la région a également demandé aux familles de limiter les événements familiaux, notamment les mariages, à 10 personnes maximum.

D’autre part, les fêtes étudiantes seront annulées ou empêchées. Les sorties scolaires seront suspendues dans l’enseignement primaire et secondaire. Le port du masque devient obligatoire dans les salles de sport et de spectacle, ainsi qu’à 50 mètres autour des campus universitaires.

Le taux de positivité est de 8,2%

L’Agence régionale de Santé (ARS) a évoqué une situation inquiétante en Gironde, où le taux de positivité des tests atteint 8,2%, avec une augmentation des cas notamment chez les 15-24 ans.