Coronavirus : Si la situation devait encore s’aggraver, «cela pourrait vouloir dire reconfinement» prévient Jean Castex


Jean Castex en déplacement à Montpellier le 11 août 2020. (photo Twitter/@JeanCastex)

Le Premier ministre Jean Castex est interrogé ce jeudi soir dans l’émission « Vous avez la parole » sur France 2, notamment sur les nouvelles mesures de restriction annoncées la veille par Olivier Véran pour lutter contre le coronavirus.

Le chef du gouvernement Jean Castex passe ce jeudi soir son premier grand oral en direct à la télévision. Le Premier ministre a rapidement été interrogé au sujet des annonces du ministre de la Santé Olivier Véran ce mercredi soir, et sur les nouvelles mesures de restriction qui ont été prises dans plusieurs dizaines de métropoles.

« Je rappelle qu’en réalité depuis un certain temps on est sur de la riposte graduée », a d’abord appuyé Jean Castex. « On y va par étapes, en fonction de l’évolution de l’épidémie qui n’est pas la même dans tous les territoires. A Marseille, elle est grave. Elle est très préoccupante dans toute la France, elle est surtout grave dans les grandes agglomérations. Nous avons décidé de prendre des mesures plus fortes, plus dures, pour éviter d’en arriver à des situations qui ont été connues au printemps dernier ».

Le Premier ministre a ensuite mis en garde contre une dégradation de la situation sanitaire. « Si nous ne faisons rien, la situation pourrait atteindre les mêmes niveaux qu’en mars. Cela pourrait vouloir dire reconfinement, si la situation devait encore s’aggraver », a-t-il prévenu.

« Le critère le plus important ce sont les gens qui vont en réanimation »

« Quand il y a des mesures impopulaires et importantes il vaut mieux que ce soit l’État qui les assument. Il aurait été très difficile pour les élus locaux d’assumer. Les élus marseillais disent qu’on a un tassement depuis trois jours. En réalité, le critère le plus important ce sont les gens qui vont en réanimation. Et ce chiffre monte, aujourd’hui on commence à déprogrammer à Marseille », a justifié Jean Castex.

« Si des mesures ne sont pas prises, le 13 octobre, les capacités de réanimation seront atteintes. Et, si ça continue comme ça, début novembre on va se trouver dans une situation très difficile. On a donc un combat très important à mener », a poursuivi le successeur d’Édouard Philippe.

A Marseille, « la mesure qui est décidée l’est pour 15 jours »

Confronté à une restauratrice de Marseille, où les bars et les restaurants vont fermer, Jean Castex a expliqué que « la mesure qui est décidée l’est pour 15 jours. Nous espérons que nous pourrons rouvrir dans 15 jours ». « Les bars et restaurants sont des endroits où on est obligé d’enlever le masque pour manger. On a trois fois plus de chances de se contaminer dans un bar et deux fois plus dans les restaurants », a-t-il argumenté.